Accéder au contenu principal

On ne rit pas avec la pizza en Italie, Canal+ en fait les frais

Publicité

Milan (AFP)

Se moquer d'un des plats symbole de l'Italie, la pizza, en pleine épidémie de coronavirus: un scandale. Une vidéo satirique de Groland diffusée sur Canal+ a provoqué mardi l'ire des Italiens, conduisant la chaîne de télévision française à présenter ses excuses.

Sur cette vidéo, rediffusée par les médias italiens avec le message d'alerte "Attention, les images qui suivent pourraient heurter votre sensibilité", on voit un pizzaiolo tousser et cracher des glaires vertes sur une pizza sortant du four.

La "Corona pizza", "la nouvelle pizza italienne qui va faire le tour du monde", affirme la voix off.

Le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, a fustigé une fausse publicité "de mauvais goût et inacceptable".

Plus de 3.100 personnes sont mortes dans le monde à cause de l'épidémie et plus de 90.000 ont été infectées.

L'Italie est le pays européen le plus touché et en troisième position dans le monde derrière Chine et Corée du sud, avec 79 morts et un peu plus de 2.500 personnes contaminées.

Des pays, comme la France ou la Grande-Bretagne, ont annoncé des cas de contagion directement liés à des voyages dans la péninsule ou à des contacts avec des Italiens sur leur sol.

"Je comprends la satire", mais "se moquer des Italiens de cette façon, avec la situation d'urgence autour du coronavirus à laquelle nous sommes en train de faire face, est profondément irrespectueux", a souligné M. Di Maio, dans un message sur Facebook.

- "Offense à la nation" -

Le spectre de la récession plane sur la troisième économie de la zone euro.

Les deux foyers principaux de Covid-19 dans le pays se trouvent en Lombardie et Vénétie, deux régions fortement industrialisées, représentant environ 30% du PIB italien.

Les entreprises y tournent souvent au ralenti, tandis que de nombreuses compagnies aériennes ont suspendu ou supprimé une partie de leur vols vers le nord du pays.

Pour la ministre de l'Agriculture, Teresa Bellanova, cette vidéo est "honteuse et horrible".

"Ce n'est pas une satire, c'est une offense à une nation entière, c'est une évidente mystification des faits (…) Nos produits sont sûrs, de très haute qualité", a-t-elle commenté sur Facebook.

"J'ai activé les canaux diplomatiques pour signaler le contenu diffusé, j'attends que Canal+ le retire immédiatement et s'excuse. (Auprès) des 60 millions de citoyens italiens qui avec cette vidéo dégoûtante, ont été offensés", a-t-elle ajouté.

La ministre, ancienne ouvrière agricole et syndicaliste, n'a pas tardé à être entendue.

- Vidéo retirée -

"Canal+ présente toutes ses excuses à nos amis italiens à la suite de la diffusion d'une courte séquence de très mauvais goût, tout particulièrement dans le contexte actuel, faisant référence de manière caricaturale à l'Italie lors d'une émission satirique", a expliqué une porte-parole de Canal+, contactée par l'AFP.

"Cette séquence est déjà enlevée de toutes les rediffusions et replay de la chaîne. Canal+ adresse dès cet après-midi une lettre d’excuses à Madame l'ambassadrice d'Italie à Paris", a-t-elle ajouté.

La blague n'a pas non plus été appréciée par la plus grande organisation d'agriculteurs du pays, la Coldiretti.

La France, pour elle, lui a "planté un couteau dans le dos": "il s'agit d'une attaque mesquine et instrumentalisée" alors que le Made in Italy agroalimentaire "a enregistré un record de 44,6 milliard d'euros sur les marchés internationaux où se joue une concurrence historique avec les Français" à coup de champagne contre prosecco, vin rouge et fromages...

M. Di Maio, Napolitain d'origine, a ajouté une note d'humour à sa réponse, invitant les auteurs de la vidéo "à venir manger une pizza en Italie, une pizza comme ils n'en ont jamais mangé de leur vie".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.