Accéder au contenu principal

Biathlon: Bescond 2e derrière Herrmann du sprint de Nove Mesto

Publicité

Nové Mesto na Morave (République Tchèque) (AFP)

La Française Anaïs Bescond a pris la 2e place jeudi du sprint de Nove Mesto en Coupe du monde de biathlon, disputé à huis clos en raison du coronavirus et remporté par l'Allemande Denise Herrmann.

Dix jours après des Mondiaux totalement ratés par les Bleues à Anterselva (aucune médaille), Bescond (32 ans) a redoré le blason du biathlon féminin tricolore avec son 3e podium de la saison.

Avec un 10/10 au tir, la triple médaillée olympique a terminé à 27 sec 2/10e de Herrmann, qui s'adjuge le 6e succès de sa carrière, le 2e de l'hiver. La Tchèque Marketa Davidova a fini 3e.

"J'ai l’impression d'avoir été chanceuse en terme de vent", a déclaré sur la chaîne de télévision L'Equipe Anaïs Bescond, la seule Française à avoir sauvé l'honneur chez les dames aux Championnats du monde avec le bronze en relais mixte simple avec Emilien Jacquelin.

"Ce n'était pas forcément des conditions évidentes au tir, mais je suis restée sur des choses simples, je me suis appliquée à viser le centre. Cela a été compliqué aux réglages, on ne savait pas sur quel vent se régler. Ce n'était vraiment pas très clair. L'Italie (les Mondiaux, ndlr), c'était compliqué mais je suis contente de repartir d'ici, avec cette ambiance si particulière, avec quelque chose de bien au niveau du pas de tir", a-t-elle poursuivi.

L'Italienne Dorothea Wierer, revenue d'Anterselva avec 2 médailles d'or (poursuite, Individuel), a visiblement eu du mal à se remettre de ses émotions (24e). La tenante du gros globe de cristal a perdu du terrain au classement général de la Coupe du monde, mais reste leader à six courses du terme de la saison.

Le gouvernement tchèque avait décidé lundi de faire disputer l'étape de Nove Mesto à huis-clos au lendemain de l'annonce des trois premiers cas de la maladie Covid-19 sur le territoire tchèque.

"Cela fait des années que je pratique le biathlon et à chaque fois que je pars faire une course quelque part, il y a du monde. Là, les gradins sont complétement vides et désertées, ça fait vraiment mal au coeur pour les organisateurs et aussi pour nous", a témoigné Bescond.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.