Accéder au contenu principal

Coronavirus : deux nouvelles victimes en France, originaires de l'Oise et de l'Aisne

 Au 5 mars, plus de 95 000 personnes dans le monde ont été contaminées par le virus Covid-19 dans plus de 80 pays et territoires.
Au 5 mars, plus de 95 000 personnes dans le monde ont été contaminées par le virus Covid-19 dans plus de 80 pays et territoires. AFP - FRANCOIS NASCIMBENI

Deux décès supplémentaires imputés à une contamination par le coronavirus ont été enregistrés enFrance, a annoncé jeudi la Direction générale de la Santé. La première, âgée de 73 ans est originaire de l'Oise et la seconde, âgée de 64 ans, est de l'Aisne. Ce qui porte le bilan total à six morts dans l'Hexagone.

Publicité

La France compte désormais six victimes liées au coronavirus. La Direction générale de la Santé (DGS) a annoncé, jeudi 5 mars, deux décès. Une personne âgée de 73 ans, originaire de l'Oise, et une autre âgée de 64 ans, de l'Aisne.

"Il est possible qu'on passe au stade d'urgence trois au vue du nombre de régions contamniées", commente sur France 24 Maki Yahia, virologue au CHU de la Croix-Rousse, à Lyon. Toutes les régions françaises de métropole sont désormais touchées. Le Morbihan, qui recense 20 cas, est l'un des principaux foyers de cas groupés, avec l'Oise et la commune de La Balme, en Haute-Savoie. Au total, 92 nouveaux cas d'infection ont été comptabilisés, le nombre total de malades s'élève désormais à 377 en France.

Le médecin Maki Yahia prévoit également une hausse du nombre de cas infectés "d'ici deux à trois semaines", à l'image de ce qui s'est passé à Wuhan, épicentre de l'épidémie.

Explosion de la demande des gels hydroalcooliques

De Caen à Behren-les-Forbach (Moselle), les fabricants de gel désinfectant pour les mains mettent les bouchées doubles et embauchent des intérimaires pour faire face à l'explosion de la demande de ce produit sans rinçage pour éviter la propagation du nouveau coronavirus. "Le standard explose. Ce matin on a eu des écoles, des mairies, les transports en commun Keolis : ils veulent tous du gel. On est assaillis", explique Muriel Jehanne, responsable du standard des laboratoires Gilbert à Hérouville-Saint-Clair dans l'agglomération de Caen.

L'entreprise familiale, qui dessert principalement les pharmacies et les hôpitaux, produit actuellement 80 000 à 100 000 flacons en plastique de gel hydroalcoolique par jour sur trois sites à Hérouville, Falaise (Calvados) et Plouedern (Finistère). Gilbert, qui se présente comme le numéro deux des gels hydroalcooliques vendus en pharmacie en France, vient d'en écouler 1,7 million en six semaines, contre 800 000 au cours des douze mois de 2019.

"Se laver les mains avec du savon est tout aussi efficace"

Pour faire face à la demande, Gilbert a augmenté ses effectifs d'une trentaine de personnes, principalement des intérimaires. Il est passé du deux-huit aux trois-huit et envisage de produire le samedi. Il pense qu'il aura produit 4,2 à 4,3 millions de ces flacons sur cinq mois d'ici à la fin mai, soit cinq fois plus que sur toute l'année 2019.

Les deux fabricants assurent, en outre, ne pas avoir augmenté leur prix. Le gouvernement a annoncé, mercredi, un décret pour encadrer les prix de ces gels composé d'alcool, de gélifiant et d'actifs hydratants, après des "cas isolés" de "prix inacceptables".

Lorsque c'est possible, "se laver les mains avec du savon est tout aussi efficace", a alors souligné le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire.

Avec Reuters et AFP

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.