Accéder au contenu principal

Le régime syrien affirme avoir intercepté des missiles israéliens dans le sud-ouest du pays

Des bâtiments endommagés dans la ville syrienne de Qouneitra, dans les hauteurs du Golan, photo prise le 26 mars 2019.
Des bâtiments endommagés dans la ville syrienne de Qouneitra, dans les hauteurs du Golan, photo prise le 26 mars 2019. © Louai Beshara, AFP

Les systèmes syriens de défense antiaérienne ont intercepté des missiles israéliens au-dessus de la province de Qouneitra, dans le sud-ouest du pays, a rapporté jeudi matin la presse officielle syrienne Sana.

Publicité

La défense aérienne syrienne a empêché une attaque de missiles israéliens dans la nuit de mercredi à jeudi dans le sud de la Syrie, selon l'agence de presse d'État Sana, porte-voix du régime du président Bachar al-Assad.

"Notre défense aérienne a fait face à une attaque de missiles israéliens dans le sud-ouest de la province de Qouneitra", a précisé Sana dans un communiqué.

"À 00 h 30 jeudi (22 h 30 GMT mercredi), notre défense aérienne a observé des mouvements d'avions de guerre israéliens (...) plusieurs missiles ont été tirés dans le centre de la région. Les missiles hostiles ont été immédiatement contrés avec succès, aucun d'entre eux n'a pu atteindre sa cible", selon le communiqué, citant une source militaire.

La province de Qouneitra est limitrophe du plateau du Golan, dont la majeure partie est occupée et annexée par Israël.

Depuis le début du conflit syrien en 2011, Israël a mené des centaines de frappes contre des positions militaires du régime de Damas, mais aussi contre ses alliés indéfectibles, l'Iran et le Hezbollah libanais, deux ennemis déclarés de l'État hébreu.

Le Hezbollah, appuyé par Téhéran, combat en Syrie au côté des troupes de Bachar al-Assad depuis 2013.

À la mi-février, des frappes imputées à Israël ont tué sept combattants syriens et iraniens dans "le secteur de l'aéroport de Damas", selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Parmi les victimes figuraient trois soldats syriens et quatre membres des Gardiens de la Révolution iraniens, selon la même source.

Déclenchée en mars 2011 avec la répression de manifestations anti-pouvoir par le régime, la guerre en Syrie n'a eu de cesse de se complexifier au fil des ans. Le conflit a fait plus de 380 000 morts et déplacé des millions de personnes.

Avec AFP

 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.