Accéder au contenu principal

Coronavirus: "les mesures très contraignantes pas tenables dans la durée", estime Macron

Publicité

Paris (AFP)

Les mesures très contraignantes, comme la fermeture de toutes les écoles à cause du coronavirus, ne sont "pas tenables dans la durée", a estimé Emmanuel Macron vendredi lors d'une visite dans une maison de retraite à Paris.

"Il faut pouvoir tenir. Si on prend des mesures qui sont très contraignantes, ce n'est pas tenable dans la durée", a souligné le chef de l'Etat, plaidant pour des mesures "proportionnées" lorsque le pays passera au stade 3 de la crise du coronavirus Covid-19, celui de l'épidémie.

"De toute façon l'épidémie sera là", a rappelé M. Macron lors de cette visite dans l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) Péan, dans le XIIIe arrondissement, où il a discuté avec le personnel soignant avant de rencontrer des résidents au cours d'un déjeuner.

"Vous avez vu d'autres pays ou d'autres régions qui ont tout fermé", a déclaré M. Macron, faisant notamment allusion à l'Italie. Mais "si on ferme toutes les écoles, il y en a beaucoup qui ne pourront plus venir travailler", notamment parmi le personnel soignant. "Et donc 15 jours ou même 8 jours après, on devra dire qu'on rouvre les écoles pour que les soignants viennent travailler. Les gens vont dire: pourquoi vous rouvrez les écoles s'il fallait les fermer il y a 15 jours? Et là on crée la panique", a-t-il ajouté.

Le président a appelé à ne "pas se départir de bon sens", rappelant qu'"on gère chaque année des épidémies de grippe qui malheureusement font 9 à 10.000 morts".

A l'entrée en vigueur de la phase 3, "on va prioriser sur les publics les plus fragiles", en particulier les personnes âgées, a encore déclaré le chef de l'Etat dans cet Ehpad qui abrite 94 résidents avec une moyenne d'âge de 92 ans, le plus âgé ayant 107 ans.

Les personnes âgées sont les plus fragiles face à la contamination qui a touché 423 personnes et fait 7 morts, tous âgés de plus de 60 ans, depuis janvier en France, selon un bilan établi jeudi soir.

"Tout le système sera sous tension, l'hôpital mais aussi la médecine de ville, les établissements comme le vôtre, et donc il faudra trouver pendant plusieurs semaines, avec beaucoup de résilience, des modes de fonctionnement pour passer cette épidémie", a encore dit Emmanuel Macron qui était accompagné par le directeur général de la Santé Jérôme Salomon et la secrétaire d'Etat aux Solidarités Christelle Dubos.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.