Accéder au contenu principal

Coronavirus: résultats attendus des tests sur un navire de croisière californien

Publicité

Los Angeles (AFP)

Les autorités sanitaires de Californie attendaient vendredi le résultat des tests réalisés sur des passagers d'un paquebot de croisière soupçonnés d'avoir contracté le coronavirus pour décider si le navire qui croise au large de San Francisco pouvait accoster.

"C'est un gros bateau, nous devons prendre une décision importante", a commenté depuis la Maison Blanche le président américain Donald Trump, en ratifiant la loi votée la veille au Congrès sur un plan d'urgence de 8,3 milliards de dollars pour financer la lutte contre l'épidémie.

Des échantillons ont été prélevés jeudi à bord du Grand Princess sur 45 personnes, passagers et membres d'équipage, a indiqué dans un communiqué jeudi soir la compagnie Princess Cruises, propriétaire du navire.

"Tous les passagers ont été invités à rester dans leur cabine en attendant le résultat des tests" attendu vendredi, a précisé le croisiériste.

Le Grand Princess avait interrompu son circuit à la suite de la découverte de symptômes chez certains de ses 3.533 passagers et membres d'équipage.

Un homme de 71 ans qui voyageait à bord de ce navire durant une précédente croisière est mort du Covid-19 à son retour en Californie. Une soixantaine de touristes ayant participé à la même croisière étaient demeurés à bord pour poursuivre leur circuit.

Pour l'instant, les passagers ne se plaignent pas "même si ça pourrait changer au cas où on reste coincés dans nos cabines pendant trop longtemps", a raconté à l'AFP Carolyn Wright, l'une des passagères.

Cette photographe professionnelle de 63 ans, qui habite au Nouveau-Mexique, a critiqué les médias qui "en font toute une histoire".

"Il y a eu deux cas (de coronavirus) sur la croisière précédente et ils font comme si tout le monde à bord avait la peste", s'est-elle agacée.

Les autorités californiennes ont refusé que le Grand Princess accoste à San Francisco et le bateau est resté au large en attendant de savoir si des cas de Covid-19 étaient confirmés à bord.

- "Rester calme" -

Le gouvernement "travaille" avec le gouverneur de Californie, Gavin Newsom, qui a déclaré l'état d'urgence dans tout l'Etat, a souligné Donald Trump.

Selon Mary Ellen Carroll, responsable des situations de crise pour San Francisco, les autorités fédérales et californiennes devront déterminer le meilleur endroit possible pour faire accoster le Grand Princess, à San Francisco ou ailleurs.

La compagnie Princess Cruises possède également le Diamond Princess, qui avait été placé en quarantaine en février au Japon avec plus de 700 contaminations, dont six mortelles.

Comme les autorités l'avaient annoncé, le coronavirus continue à se propager du Nevada au Maryland, aux portes de la capitale fédérale Washington jusqu'à présent encore épargnée officiellement, en passant par le Colorado.

Au total, plus de 200 personnes ont été contaminées dans 19 Etats des Etats-Unis et au moins 12 sont décédées dont onze dans le seul Etat de Washington (nord-ouest), selon un bilan établi par l'AFP à partir des chiffres officiels.

L'épidémie bouleverse également l'année universitaire de Seattle, épicentre de l'épidémie dans cet Etat.

L'Université de Washington a décidé vendredi de fermer tous ses campus à partir de lundi et jusqu'à fin mars. Les 46.000 étudiants concernés suivront les cours et passeront leurs partiels en ligne, a expliqué la direction de l'institution. Un campus délocalisé de la Northeastern University de Boston (nord-est) va également passer aux cours en ligne.

En Californie, l'Université de Stanford a de son côté reporté une conférence sur "l'impact socio-économique du Covid-19 en Asie et ailleurs" prévue la semaine prochaine, en raison du coronavirus.

"Il y a peu de cas" par rapport à d'autres grands pays touchés par l'épidémie, a expliqué Donald Trump, demandant à la population de "rester calme" face au coronavirus. "Il va disparaître", a-t-il assuré.

Le président devait se rendre dans un centre de prévention et de contrôle des maladies (CDC) à Atlanta vendredi, après avoir annulé sa visite en raison d'un cas suspect de contamination au sein du personnel du centre, qui s'est révélé négatif.

Plus au nord, le Canada a annoncé vendredi son premier cas de transmission "communautaire" du coronavirus lié à une quinquagénaire en Colombie britannique. Une contamination "communautaire" concerne une personne n'ayant ni voyagé dans les zones à risques, ni été en contact avec un autre malade connu.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.