Accéder au contenu principal
Reportage

À la frontière gréco-turque, les migrants bloqués dans un bras de fer diplomatique

Des migrants à la frontière gréco-turque.
Des migrants à la frontière gréco-turque. © Capture France 24

Des dizaines de milliers de migrants attendent toujours à la frontière entre la Turquie et la Grèce. Alors qu'Ankara espère un mouvement migratoire d'une ampleur suffisante pour obtenir de l'aide de l'Europe sur le front en Syrie, les responsables européens évoquent un "chantage". Reportage de nos envoyés spéciaux à Edirne à quelques kilomètres de la frontière grecque avec ces migrants qui se retrouvent au cœur de ce bras de fer diplomatique.

Publicité

Il y a une semaine Recep Tayyip Erdogan a ouvert les frontières de la Turquie aux migrants qui souhaitent partir pour l'Europe. Mais les frontières de la Grèce, elles, restent fermées.

A Edirne, à quelques kilomètres de la frontière grecque, des dizaines de familles patientent. Alia, une migrante irakienne, et ces cinq enfants ont été emmenés jusqu'ici dans des bus affrétés par les autorités turques.

"Le bus nous a laissés juste ici, au bord de la route. On ne savait pas où on était. Après, nous nous sommes débrouillés pour aller jusqu’à la frontière terrestre, et on a attendu jusqu’à la nuit, mais on ne nous a pas laissés passer. Maintenant ils veulent nous ramener en bus vers la rivière qui longe la frontière, mais on ne veut pas, donc on reste ici", raconte-t-elle.

"On ne veut pas aller là-bas. C'est dangereux. J'ai un petit frère. On est cinq enfants. On ne veut pas traverser dans l'eau, on a peur", rajoute sa fille.

"Les deux États sont en train de commettre un crime ici"

Le sentiment de frustration augmente parmi les migrants. "Les deux états sont en train de commettre un crime ici, l'État grec et l'État turc. Il y aurait dû y avoir des négociations d'abord, les portes auraient dû être ouvertes avant que tous ces gens ne soient emmenés ici", constate Leman Yurtsever de l'Association pour les droits de l'Homme d'Istanbul.

Ces migrants sont à la merci des autorités des deux côtés de la frontière. Des agents de la police turque ont annoncé qu'ils vont disperser ce camp. Ils ont imposé aux migrants un ultimatum : rentrer à Istanbul ou bien partir vers la frontière grecque.

 

 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.