Accéder au contenu principal
DROITS DES FEMMES

Au Mexique, le fléau national des féminicides

Des étudiantes mexicaines chantent et dansent "El violador eres tu!" ("Le violeur, c'est toi !"), une chanson protestataire féministe chilienne, le 5 mars à Guadalajara.
Des étudiantes mexicaines chantent et dansent "El violador eres tu!" ("Le violeur, c'est toi !"), une chanson protestataire féministe chilienne, le 5 mars à Guadalajara. © Ulises Ruiz, AFP

Au Mexique, les mouvements féministes mettent la pression sur le gouvernement d'Andrés Manuel Lopez Obrador, bien décidés à obtenir des avancées concrètes contre les violences machistes et les féminicides. En 2019, plus de 3 800 femmes ont été tuées dans le pays. 

Publicité

Au Mexique, dix femmes sont assassinées chaque jour. Des féminicides qui poussent les activistes féministes mexicaines à mettre la pression sur le gouvernement d'Andrés Manuel Lopez Obrador pour réclamer des politiques publiques efficaces afin de prévenir ces meurtres.

"Malgré l'augmentation des peines dans plusieurs États du pays, les cas de femmes tuées par leur conjoint ou au cours d'un viol n'ont cessé d'augmenter", explique Laurence Cuvillier, correspondante de France 24 au Mexique. "En 2019, plus de 3 800 femmes ont été assassinées. Parmi ces meurtres, plus d'un millier ont été classés comme féminicides, c’est-à-dire que les enquêteurs considèrent qu'elles ont été tuées parce qu'elles étaient des femmes."

Les deux meurtres récents, particulièrement odieux, d'une femme et d'une fillette, ont remobilisé les mouvements féministes locaux, qui ont une nouvelle fois critiqué les lacunes de la police, de la justice et d'un gouvernement complètement dépassé, malgré les espoirs suscités en 2018 par l'arrivée au pouvoir pour la première fois d'un président de gauche, Andrés Manuel Lopez Obrador.

Montées en première ligne, les féministes mexicaines ont réclamé au président des "politiques publiques efficaces pour combattre la violence contre les femmes"

Après la Journée internationale des droits des femmes du 8 mars, un appel à la grève a été lancée pour le lundi 9 mars. Toutes les Mexicaines sont invitées à rester chez elles pour "un jour sans femme".

"Au Mexique, ce sont les féminicides qui poussent les féministes dans la rue"

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.