Accéder au contenu principal

Coronavirus : l'épidémie s'accélère en Iran, l'Arabie saoudite boucle une province chiite

Des agents de santé pulvérisent du désinfectant devant le sanctuaire de l'imam Reza à Mashhad, en Iran, le 27 février 2020.
Des agents de santé pulvérisent du désinfectant devant le sanctuaire de l'imam Reza à Mashhad, en Iran, le 27 février 2020. © Wana News Agency via Reuters

En Iran, 49 personnes contaminées par le nouveau coronavirus sont décédées en 24 heures, a annoncé le ministère de la Santé dimanche, portant le bilan total à 194 décès depuis le début de l'épidémie dans le pays. Le même jour, Riyad a ordonné le confinement d'une province majoritairement chiite. 

Publicité

Avec l'Italie et la Corée du Sud, l'Iran est toujours l'un des pays les plus touchés par le coronavirus, en dehors de Chine. Un constat qui s'est renforcé alors que le ministère de la Santé iranien a annoncé, dimanche 8 mars, le décès de 49 personnes infectées par le nouveau coronavirus. Il s'agit là du bilan journalier du nombre de morts le plus élevé en Iran depuis l'annonce officielle des premiers cas le 19 février.

Au total, "au moins 194 de nos compatriotes contaminés par la maladie Covid-19 sont décédés", a précisé le porte-parole du ministère, Kianouche Jahanpour, lors d'une conférence de presse télévisée. Selon lui, "743 personnes ont été contaminées par la maladie Covid-19 au cours des dernières 24 heures".

L'Iran est l'un des foyers mondiaux de l'épidémie de nouveau coronavirus, apparu en Chine. Le virus se répand dans l'ensemble des 31 provinces de la République islamique et la situation dans les provinces du Nord se dégrade.

La province de Téhéran la plus touchée

Avec 1 805 cas d'infections au total, la province de Téhéran est toujours la province qui compte le plus de cas, selon le porte-parole, qui a ajouté que 685 cas au total avaient été détectés dans la province de Qom, ville sainte chiite à 150 km au sud de la capitale iranienne.

Huit politiques ou hauts dirigeants iraniens figurent parmi les personnes ayant succombé au virus, dont la députée conservatrice Fatemeh Rahbar, 55 ans, élue lors des législatives de février dernier.

Aucune mesure de quarantaine n'a encore été annoncée, mais plusieurs provinces ont fait savoir qu'elles ne fournissaient pas de logements aux touristes pour tenter de les dissuader de voyager.

>> À lire aussi : Coronavirus : quelques bonnes nouvelles tout de même

"564 cas au total ont été recensés à Ispahan (centre), une destination touristique", a ainsi souligné le ministère de la Santé, ajoutant que le nombre des malades augmentait "rapidement" dans cette province.

La compagnie aérienne IranAir a  suspendu tous ses vols en direction de l'Europe, a rapporté dimanche l'agence officielle Irna, qui cite un communiqué de l'agence de l'aviation civile.

La province saoudienne de Qatif bouclée

Les autorités ont fermé les écoles et les universités jusqu'à la fin de l'année iranienne, le 19 mars, marquant le début des vacances du Nouvel An persan, qui durent cette année jusqu'au 3 avril.

Ces congés sont traditionnellement l'occasion de retrouvailles familiales et les voyages touristiques. Ces derniers seront toutefois limités, notamment pour la région à majorité chiite de Qatif, en Arabie Saoudite. 

L'Arabie saoudite a en effet annoncé dimanche le bouclage "temporaire" de cette zone, où ont été enregistrés à ce jour les 11 cas de nouveau coronavirus dans le pays. La plupart d'entre eux ont été détectés chez des personnes revenant d'Iran, principal pays du chiisme.

"Conformément aux mesures de précaution recommandées par les autorités sanitaires compétentes (...), les entrées et sorties dans la région de Qatif sont temporairement suspendues", a indiqué une source au sein du ministère de l'Intérieur, citée par l'agence de presse officielle SPA.

La région de Qatif est la première région du Golfe bouclée par les autorités en raison de l'épidémie. "Les activités de tous les services publics et institutions privées sont suspendus (...) à l'exception des installations de base pour assurer la sécurité, l'approvisionnement et les services nécessaires", a ajouté cette même source.

L'Arabie saoudite a pris plusieurs mesures de restriction pour prévenir la propagation du nouveau coronavirus, dont la suspension du petit pèlerinage musulman, la Omra, dans les villes saintes de La Mecque et Médine.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.