Accéder au contenu principal

PSG: repos forcé, coronavirus et incertitudes avant le rendez-vous de Dortmund

Publicité

Paris (AFP)

Privé d'un dernier tour de chauffe samedi à Strasbourg en raison de l'épidémie de nouveau coronavirus, le PSG prépare son 8e de finale retour de Ligue des champions dans l'incertitude: jouera-t-il contre Dortmund mercredi à huis-clos ou devant son public, dans une forme optimale ?

. Réponse en début de semaine

Pour Strasbourg, la décision d'un report est intervenue moins de 24 heures avant la rencontre de championnat, initialement programmée samedi à 17h30 (16h30 GMT). Si pour Dortmund, le PSG espère être fixé sur son sort plus en amont, la préfecture de police de Paris doit encore attendre les dernières évolutions avant de trancher.

Selon le dernier bilan officiel, 1.126 personnes ont été contaminées en France et 19 sont décédées du Covid-19. Si l'ensemble du pays se trouve toujours au "stade 2" de l'état d'alerte, le gouvernement a annoncé dimanche l'interdiction des rassemblements de plus 1.000 personnes en milieu clos, contre 5.000 auparavant.

"Les préfets, les ministères feront remonter une liste d'événements considérées comme utiles à la vie de la nation", a annoncé dimanche le ministre de la Santé Olivier Véran, à l'issue d'un Conseil de Défense à l'Elysée.

En Italie, où l'épidémie touche plus de 7.000 personnes, le ministre des Sports a même demandé la suspension du championnat, alors que d'autres événements sportifs ont été annulés ce week-end sur le territoire français.

Inquiétant ? "S'il y a des décisions, on doit les accepter, avait prévenu l'entraîneur parisien Thomas Tuchel vendredi après-midi. Mais nous sommes plus forts devant notre public, c'est clair."

En attendant, le club parisien se prépare toujours à organiser son plus grand rendez-vous de la saison devant 47.000 spectateurs. Premier signal, le message rassurant à destination des fans sur la plateforme de revente de billets, confirmant "à ce stade" que le match, "maintenu au mercredi 11 mars 2020", doit se dérouler "dans des conditions normales".

"Toutes les équipes du Paris SG sont impliquées pour que le Parc des Princes soit prêt à accueillir les supporters attendus dans des conditions de sécurité sanitaires maximales", est-il encore écrit.

Si bien que le Collectif Ultras Paris, principal groupe de supporters parisien, a d'ores et déjà annoncé dans un communiqué samedi la présence massive de ses membres, tandis que le déplacement des supporters allemands pose encore question: "Mercredi nous serons présents dès l'ouverture des portes à vos côtés, comme au match aller (défaite 2-1)".

Deuxième indice écartant l'hypothèse d'une report, le maintien par l'UEFA des activités médias et conférences de presse d'avant-match prévues mardi après-midi. Les autorités françaises auront toutefois le dernier mot.

. Entraînement renforcé et décompression

Sur le terrain, dans quelle mesure la préparation du 8e de finale retour de C1 a été chamboulée par le report du match contre Strasbourg ?

"Neymar avait besoin de jouer. On le voit quand il n'a pas de rythme qu'il porte trop le ballon, qu'il s'agace assez facilement. Cela aurait été mieux pour lui de faire ce match-là", a estimé l'ex-international français Bixente Lizarazu, dimanche sur TF1.

Pis, les organismes des joueurs parisiens n'ont pas pu faire l'économie d'un aller-retour en avion. Le champion de France s'est rendu en Alsace vendredi soir, et n'a appris le report du match qu'une fois sur place.

"Nous aurions préféré le savoir avant pour éviter de déplacer l'équipe dans une période du calendrier sportif particulièrement chargée", soufflait-on au sein du club parisien, tout en respectant "évidemment" la décision du préfet du Bas-Rhin.

Pour remédier à ce manque de compétition forcé, concernant notamment ses stars Angel Di Maria, préservé mercredi à Lyon (5-1), ou encore Thiago Silva, engagé dans une course contre la montre après sa blessure musculaire, le staff parisien a programmé un entraînement chargé samedi matin.

Au programme : toros, oppositions à 9 contre 9, et travail tactique... puis repos dimanche pour décompresser avant d'aborder une semaine cruciale pour l'avenir immédiat du club parisien.

Suffisant pour être prêt ? "Quand on ne peut que s'entraîner, on ne peut pas gérer le mental. Mais pour des joueurs de ce niveau, ça ne doit pas être extrêmement handicapant", explique Philippe Lambert, ancien préparateur physique du PSG, dimanche dans Le Parisien.

Dortmund, de son côté, a poursuivi sans encombre sa préparation en s'imposant samedi à Mönchengladbach (2-1) en Bundesliga. Confiance contre fraîcheur : la meilleure préparation donnera son verdict mercredi... avec ou sans public.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.