Accéder au contenu principal

Coronavirus: les passagers du Grand Princess attendent de débarquer en Californie

Publicité

San Francisco (AFP)

Les plus de 2.000 passagers du navire de croisière Grand Princess, qui attendent depuis la semaine dernière de débarquer en Californie alors que des cas de coronavirus ont été détectés à bord, devraient enfin retrouver la terre ferme lundi à Oakland au cours d'une opération "sans précédent", selon les autorités.

Le Grand Princess, qui transportait 3.500 passagers et membres d'équipage vers Hawaï, est maintenu depuis mercredi au large des côtes californiennes, à une quarantaine de kilomètres, par mesure de précaution.

Des cas suspects de Covid-19 (deux passagers et 19 membres de l'équipage) ont été détectés à bord après la mort en Californie d'un passager qui avait participé à une partie de la croisière.

"Nous venons d'apprendre que nous allons débarquer dans le port d'Oakland", dans la baie de San Francisco, a tweeté dimanche une des passagères à bord, Debra Healer.

"Comme nous vivons en Californie, nous serons amenés dans un établissement fédéral de l'Etat pour être testés", a-t-elle ajouté.

Les Américains resteront en quarantaine tandis que les étrangers seront renvoyés dans leur pays d'origine.

Des tentes et des toilettes portables ont été installées dans le débarcadère.

Aucun détail sur l'horaire du débarquement lundi n'avait été communiqué par les autorités. Selon le site spécialisé Cruisin, vers 8h locales (15h00 GMT), le navire semblait se rapprocher de San Francisco.

"Le débarquement commencera par ordre de priorité, comme défini par les autorités locales et de l'Etat", a expliqué dans un communiqué la compagnie Princess cruises.

"Les garde-côtes enverront des équipes pour aider les services californiens de Santé avec le triage médical, le dépistage et les entretiens, pour définir qui nécessite des soins prioritaires. Pour éviter les retards, les tests seront conduits quand les convives arriveront à leur prochaine destination", a-t-elle ajouté.

Des photos prises par l'AFP dimanche montraient des passagers prenant l'air au balcon de leur cabine.

Margaret Bartlett, une Britannique de 77 ans, a expliqué à la BBC que, confinée dans sa chambre sans balcon, elle devenait "folle".

"La nourriture est pourrie et nulle, et il faut qu'on se batte pour en avoir", a-t-elle raconté.

Le navire compte 2.383 passagers. Les 1.100 membres d'équipage resteront pour leur part en quarantaine sur le paquebot, qui "quittera Oakland le plus vite possible".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.