Accéder au contenu principal

C1: Quadruplé pour Ilicic et qualification historique en quarts pour l'Atalanta

Publicité

Madrid (AFP)

La "mamie" frappe quatre fois: dans un stade vide, l'Atalanta Bergame, qui découvre la Ligue des champions, a obtenu une qualification historique pour les quarts de finale de la compétition mardi soir à Valence (4-3), grâce à un quadruplé de Josip Ilicic (3e, 43e, 71e, 82e).

L'attaquant slovène (32 ans, 29 matches, 21 buts et 9 passes décisives cette saison), surnommé "la mamie", a permis à la formation italienne de glaner un ticket mémorable pour les quarts de finale de la plus haute compétition européenne, avec un score cumulé de 8-4 (4-1, 4-3).

Le doublé de Kevin Gameiro (21e, 50e) et le but de Ferran Torres (67e) n'ont pas suffi aux Valenciens.

Ilicic, figure de proue de la séduisante attaque lombarde, a signé son premier quadruplé en C1, avec deux penalties (3e, 43e), une belle frappe croisée (71e), et une autre brossée du gauche en pleine lucarne (81e). Le voilà bombardé 5e meilleur buteur de la C1, à égalité avec entre autres Kylian Mbappé ou Son Heung-Min avec 5 réalisations.

"Je suis comme le vin. Plus je vieillis, meilleur je suis", résumait en janvier le Slovène, qui a donc attendu la trentaine pour jouer le meilleur football de sa vie.

Nommé meilleur joueur de Serie A en janvier, il avait signé sept buts en cinq matches, dont une talonnade contre la Spal et un coup franc de 45 mètres contre le Torino.

- Ambiance lunaire -

Dans une ambiance lunaire, au centre d'un stade Mestalla (55.000 places) vidé de ses supporters en raison de l'épidémie du nouveau coronavirus, Ilicic a bien vite fait replonger l'Atalanta dans son rêve du match aller.

Le défenseur central français de Valence Mouctar Diakhaby, à l'inverse, a vécu une soirée cauchemar: c'est lui qui a offert le penalty du premier but italien, en accrochant le pied gauche de ce même Ilicic dans la surface après seulement 1 minute et 24 secondes de jeu...

Puis il a enchaîné avec un second penalty, avec une main dans la surface revue à la vidéo, transformée par l'inévitable Ilicic.

La pire entame possible pour Valence, qui devait déjà remonter un écart de trois buts avant le coup d'envoi.

Mais les supporters valenciens, massés aux portes du stade malgré le huis clos et que l'on pouvait entendre jusque sur la pelouse, ont poussé pour permettre au Français Kevin Gameiro de trouver deux fois le chemin du but, d'abord après une erreur du défenseur argentin José Luis Palomino (41e), puis de la tête (50e)... deux réalisations cependant bien insuffisantes, comme le joli lob de Ferran Torres (67e).

Avec une seule victoires lors des 8 derniers matches toutes compétitions confondues (depuis le 4 février), Valence continue sa descente aux enfers, décroché en Liga (7e), à 16 points du leader Barcelone, et désormais éliminé en Ligue des champions.

A l'inverse, le parcours magique de l'"intrus" italien se poursuit chez les géants... jusqu'à quand ?

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.