Accéder au contenu principal

C1: se faire entendre malgré le huis clos, le défi des supporters du PSG

Publicité

Paris (AFP)

Ils veulent faire du bruit dans le huis clos. Malgré les restrictions liées au coronavirus, les supporters du Paris SG vont tenter mercredi de soutenir leur équipe contre Dortmund, en se réunissant aux abords du Parc des Princes, sous surveillance policière.

Après l'annonce du huis clos par la préfecture de police de Paris lundi, les ultras du club ont aussitôt réagi.

Le Collectif ultras Paris (CUP), le principal groupe de fans du PSG, a appelé à se réunir dès 17h00 mercredi devant la tribune d'Auteuil, où elle a ses habitudes, à quatre heures du coup d'envoi du 8e retour de Ligue des champions.

Mission: faire en sorte que "les joueurs puissent nous entendre de l'extérieur", comme rapporte à l'AFP par un familier du virage, afin de renverser le Borussia (vainqueur 2-1 à l'aller) et d'atteindre les quarts de finale après trois échecs consécutifs.

"Je ne sais pas comment on va se caler, on ne veut pas pousser les gens à +foutre le bordel+, mais il est important que les supporteurs viennent autour du stade pousser l'équipe et qu'ils nous entendent!", a abondé le président du CUP Romain Mabille au micro d'Europe 1.

Les services de la préfecture de police ont confirmé à l'AFP la demande déposée par le CUP et prévoient "un dispositif adapté pour sécuriser ce rassemblement", sans en dire plus.

Mardi en fin d'après-midi, trois camions de police étaient stationnés près de l'enceinte, et des barrières étaient posées autour de celle-ci, a constaté un photographe de l'AFP.

Faire le mur pour répondre au "Mur jaune", le très bruyant kop de Dortmund qui avait poussé ses joueurs à battre le PSG (2-1) à l'aller: les supporteurs parisiens ont ainsi choisi de braver les interdictions à limiter les réunions, en pleine épidémie de coronavirus en France.

- "Responsabilité" -

La décision du gouvernement d'interdire les rassemblements de plus de 1.000 personnes pour lutter contre la propagation du Covid-19 "ne va pas empêcher les gens de se regrouper. Ils iront ailleurs, à côté du stade ou dans les bars", explique James Rophé, abonné du Parc.

"A Paris, le métro, les grands magasins, les musées... ne sont pas fermés", poursuit-il, faisant part de son "incompréhension" face à ce huis clos qui prive le PSG de son atout le plus bruyant pour le match le plus important de sa saison.

Les habitants du cossu 16e arrondissement de la capitale pourraient avoir sous leurs fenêtres l'ambiance du Parc, si l'appel à se rassembler est suivi.

La ministre des Sports Roxana Maracineanu qui, elle-même, devait se rendre au Parc avant l'annonce du huis clos, a exhorté les ultras à la "responsabilité" mardi.

"Se rassembler pour manifester son soutien à l'équipe de coeur, pourquoi pas, mais en faisant attention aux règles de sécurité et de responsabilité personnelle pour éviter toute propagation du virus", a-t-elle déclaré, appelant à "éviter tout impact sur l'ordre public qui pourrait être dommageable pour les supporteurs et les quartiers autour du stade".

Il reste une dernière option, la plus sûre du point de vue sanitaire: rester chez soi et regarder le match à la télévision, sur la chaîne payante RMC Sport - celle-ci a refusé de diffuser en clair l'affiche malgré les sollicitations de la ministre. Et croiser les doigts pour retourner au Parc pour les quarts.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.