Accéder au contenu principal

Coronavirus: le débarquement du paquebot Grand Princess reprend à Oakland

Publicité

Oakland (Etats-Unis) (AFP)

Les opérations de débarquement ont repris mardi matin à Oakland, près de San Francisco, pour évacuer les quelque 2.400 passagers du paquebot Grand Princess, maintenu pendant plusieurs jours au large des côtes californiennes en raison de la présence à bord d'une vingtaine de cas avérés de coronavirus.

Comme la veille, de petits groupes de voyageurs descendaient pour être orientés vers des bus ou des ambulances, a constaté un journaliste de l'AFP.

Le navire s'était amarré lundi à la mi-journée sur un quai isolé et sécurisé du port d'Oakland où les autorités ont organisé la mise en quarantaine et le rapatriement des voyageurs.

Les premiers passagers ont commencé à être débarqués quelques heures après l'arrivée du paquebot. Il s'agissait de patients dont l'état de santé était jugé le plus préoccupant. Ils ont été pris en charge par des équipes vêtues de blouses, masques et respirateurs et évacués dans des ambulances. Les autorités n'ont pas précisé si les soins qu'ils nécessitaient étaient liés à une contamination au coronavirus.

Environ 45 personnes présentant des symptômes compatibles avec le Covid-19 avaient été testées en mer et 21 cas ont été confirmés, deux chez les passagers et 19 dans l'équipage. L'alerte avait été donnée la semaine dernière après la mort en Californie d'un passager qui s'était trouvé peu de temps auparavant sur le Grand Princess pour une autre croisière.

Chargé de coordonner la lutte contre l'épidémie aux Etats-Unis, le vice-président Mike Pence avait indiqué que les passagers résidant en Californie, environ 900, commenceraient à être évacués lundi soir.

D'autres voyageurs californiens continuaient mardi matin à être appelés pour débarquer, selon des passagers présents sur les réseaux sociaux.

De leur côté, 237 Canadiens qui se trouvaient à bord du Grand Princess ont pu être débarqués lundi après-midi. 228 ne présentant aucun symptôme ont été rapatriés mardi à l'aube sur la base militaire de Trenton (Ontario), où ils seront placés en quarantaine pendant quatorze jours, a annoncé le ministre des Affaires étrangères canadien François-Philippe Champagne.

Les neuf autres sont "une poignée" de membres de l'équipage testés positifs au Covid-19 - qui devront comme leurs collègues rester en quarantaine sur le bateau une fois les opérations de débarquement terminées - ainsi que des voyageurs soignés pour des affections sans lien avec le coronavirus, a précisé le ministre.

Après une première évaluation, les évacués seront placés en quarantaine pendant quatorze jours dans des bases militaires en Californie, au Texas et en Géorgie, tandis que les ressortissants étrangers devraient être évacués vers leur pays d'origine.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.