Accéder au contenu principal

Coronavirus: paniquée par d'éventuelles contaminations, une ville allemande en quarantaine

Publicité

Neustadt (Dosse) (Allemagne) (AFP)

Ecoles vides et rues encore plus désertes que d'habitude: la petite ville de Neustadt/Dosse dans le Brandebourg vit au ralenti depuis le weekend dernier par crainte d'une propagation du nouveau coronavirus.

La raison: plusieurs enseignants d'une école ont participé le 2 mars à une réunion autour d'une éleveuse de chevaux venue de Berlin. Or, cette dernière a été diagnostiquée positive au Covid-19 plusieurs jours plus tard.

Tous les enseignants mais également leurs élèves et proches ont ainsi été priés depuis lundi de rester confinés chez eux jusqu'à la fin de la période d'incubation, soit le 17 mars.

En tout, ce sont plus de 2.200 personnes qui ont été placées en quarantaine, selon les autorités locales, sur les quelque 3.400 qui habitent la ville.

Le temps froid et pluvieux de mars est habituellement peu propice aux activités en plein air mais la ville semble désormais comme endormie, a constaté une journaliste de l'AFP.

Plusieurs panneaux ont été apposés devant des bâtiments, comme la mairie ou les écoles, expliquant leur fermeture jusqu'au 17 mars.

"Cette mise en quarantaine aurait dû avoir lieu bien avant: cela fait plus d'une semaine désormais et les enfants sont tout de même allés à l'école pendant ce temps", se lamente Nicole Lasch.

Cette mère de deux enfants s'inquiète pour leur santé, la sienne mais aussi et surtout celles de ses beaux-parents, âgés, qui ne peuvent pas faire leurs propres courses. Elle s'est donc rendue à la pharmacie pour leur rapporter des médicaments.

Le maire de la ville, Dieter Fuchs, compte d'ailleurs sur la responsabilité de ses administrés pour respecter au mieux la période de quarantaine étant donné "qu'un contrôle est impossible".

La décision de fermer l'école et d'appliquer la quarantaine pour la majeure partie des habitants a été prise en consultation avec les autorités sanitaires locales, explique-t-il.

Mme Lasch, pour sa part, n'est pas trop inquiète. "Nous pourrions tous l'attraper d'une manière ou d'une autre", dit-elle, rappelant les gestes élémentaires: "se laver les mains et éviter de se serrer la main quand c'est possible, comme on le ferait avec une grippe normale".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.