Accéder au contenu principal

"Le Brexit m’a évincé" : quand les élus britanniques de France doivent renoncer à leur siège

Les élus britanniques de France obligés de renoncer à leur siège.
Les élus britanniques de France obligés de renoncer à leur siège. © France 24

Depuis le 1er février, les Britanniques ne sont plus citoyens de l’Union européenne. Alors que les élections municipales en France débutent dimanche 15 mars, des centaines de Britanniques, actuellement conseillers municipaux, devront renoncer à leur poste et à leur droit de vote. France 24 est allé à la rencontre de ces élus obligés de raccrocher.

Publicité

La France compte environ 760 conseillers municipaux de nationalité britannique. Certains vivent en France depuis de nombreuses années, la plupart en Dordogne, un lieu de villégiature privilégié pour ces expatriés. Mais à cause du Brexit, ces élus ne pourront pas se représenter aux élections municipales des 15 et 22 mars prochains.

C’est le cas de Maggie Gorman, conseillère municipale depuis dix-neuf ans dans la petite ville de Sainte-Alvère en Dordogne, dans le sud-ouest de la France. Comme des dizaines d’autres élus britanniques de France, elle devra renoncer à ses fonctions. "Ce n’est pas pour me vanter mais j’ai obtenu plus de voix que n’importe quel autre de mes colistiers, assure-t-elle. Cela témoignait de la foi et de la confiance qu’on mettait en moi. C’est pourquoi je trouve cela terrible aujourd’hui".

Pour pouvoir se représenter, certains tentent d’acquérir la nationalité française. Une démarche parfois compliquée comme pour Mark Lawrence, conseiller municipal dans la commune de Plazac en Dordogne. Ce britannique résidant en France depuis vingt-sept ans s’est vu refuser la nationalité française en raison de sa situation financière. "J’étais dévasté, je me suis senti comme lésé", raconte-t-il. Mais il compte bein poursuivre son combat pour être régularisé et pouvoir continuer son rôle d’élu.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.