Accéder au contenu principal

C1: Neymar a montré la voie au PSG

Publicité

Paris (AFP)

Il a mis du volume dans le silence du Parc des Princes: Neymar, buteur, a mené le Paris SG, pour la première fois depuis son arrivée, vers les quarts de la Ligue des champions, après le succès contre Dortmund (2-0) mercredi.

Bien qu'à huis clos, le Parc des Princes a assisté à un concerto en "Ney" majeur - pas le plus beau, ni le plus festif, mais le plus espéré par un club qui a parfois cru ne jamais l'entendre.

Par deux fois, la superstar brésilienne a raté l'échéance cruciale du 8e de finale retour, en raison de blessures au pied. Et par deux fois, le PSG a boité avec lui, contre le Real Madrid en 2018 puis Manchester United en 2019.

Mercredi, Neymar a enfin réussi à passer un tour de C1 avec le PSG, au terme d'une double confrontation contre le Borussia où il a marqué à chaque manche.

"Il est la clé pour nous pour des performances et des résultats extraordinaires", a dit de lui son entraîneur Thomas Tuchel.

Même s'il lui en faudra plus pour justifier les 222 M EUR dépensés par le PSG, au moins Neymar a contribué à briser la malédiction qui poursuivait son équipe en Coupe d'Europe. En attendant la suite, forcément prometteuse.

Il a gagné une occasion de pouvoir obtenir l'acclamation des supporters qui le sifflaient l'été dernier après l'épisode de son retour avorté au FC Barcelone... si le risque sanitaire lié au coronavirus permet de l'accueil du public au stade.

Après la victoire, il a mené la célébration avec ses coéquipiers, en mimant la pose zen que réalise le joueur du Borussia Erling Haaland à chaque but - mimique reproduit par ses coéquipiers, comme pour chambrer le Norvégien buteur à l'aller.

- 400e but en pro -

Le joueur, qui avait commencé sa journée en souhaitant sur les réseaux sociaux l'anniversaire de sa soeur Rafaella, a bien poursuivi la "fiesta" dans la soirée. Il a monté le son dès la sortie du car, en portant une enceinte portable qu'il a accompagnée de quelques pas de danse.

Sur le terrain, il a manqué d'inspiration (7e, 11e, 15e), mais a compensé avec des efforts défensifs, à l'unisson d'une équipe qui a débuté avec un pressing haut.

C'est finalement dans un registre inattendu pour lui qu'il fait la différence: de la tête, à la réception d'un corner d'Angel di Maria (28e). Neymar, oublié par la défense allemande, a soigné son geste pour tromper Roman Bürki et débloquer le Paris SG.

C'est ainsi qu'il a inscrit son 400e but en professionnel, seulement son... 23e de la tête.

Il l'a célébré en se jetant dans les bras de Kylian Mbappé, remplaçant. L'entrée du Français (64e) a donné lieu à des échanges entre les deux stars, sans grand succès (65e, 67e).

S'il n'a pas brillé en seconde période, il n'a pas lâché, comme son équipe qui a subi. Il a provoqué l'expulsion d'Emre Can (89e), avec des provocations qui lui ont valu un avertissement.

Il s'est aussi tenu l'épaule droite, douloureuse depuis une chute en début de match (18e). Il a grimacé, mais l'essentiel est bien ailleurs: Paris s'est qualifié.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.