Accéder au contenu principal

En France, une première journée d'hommage aux victimes du terrorisme

Le président Emmanuel Macron s'exprime à l'occasion de la première journée nationale d'hommage aux victimes du terrorisme
Le président Emmanuel Macron s'exprime à l'occasion de la première journée nationale d'hommage aux victimes du terrorisme © Ludovic Marin / AFP

Emmanuel Macron et le roi d'Espagne Felipe VI ont présidé, mercredi, la cérémonie de la première Journée nationale d'hommage aux victimes du terrorisme en France ainsi qu'aux Français frappés à l'étranger. L'occasion pour le président français de rappeler que les droits des victimes du terrorisme seraient désormais équivalents à ceux des victimes de guerre.

Publicité

"Les droits des victimes du terrorisme sont désormais équivalents à ceux des victimes de guerre", a déclaré mercredi 11 mars le président Emmanuel Macron lors de la première Journée nationale d'hommage aux victimes du terrorisme.

Cette cérémonie, ramenée à 900 personnes pour cause de coronavirus, aura désormais lieu chaque année le 11 mars, date anniversaire des attentats de Madrid de 2004, les plus meurtriers en Europe depuis 1988. Cette date a aussi été choisie en référence à la Journée européenne des victimes du terrorisme qui a déjà lieu le 11 mars. Elle a été précédée d'un hommage européen à l'Unesco.

Cette journée, prévue par un décret de novembre, s'ajoutera aux commémorations spécifiques pour certains attentats. Elle se tient au Trocadéro afin de ne pas heurter des victimes en mettant l'accent sur un attentat plutôt qu'un autre, a expliqué l'Élysée.

Des médailles remises aux victimes

Le chef de l'État a prononcé un discours et rencontré des pupilles de la Nation, tandis que le roi Felipe VI a parlé avec des victimes espagnoles et franco-espagnoles. Au cours de cet hommage, des médailles ont été remises à 99 personnes, une forme de reconnaissance pour les victimes.

"La cérémonie a été co-construite avec neuf associations de victimes", a précisé l'Élysée, qui veut "n'oublier aucune victime depuis 1974", date de l'attentat de Carlos au Drugstore Publicis.

Une attaque est qualifiée de terroriste par le procureur de la République. Le fonds de garantie des victimes, créé en 1986 et alimenté par une contribution (de 5,90 euros) sur tous les contrats d'assurance de biens, a indemnisé en trente-quatre ans 11 000 victimes pour 330 millions d'euros.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.