Accéder au contenu principal

Sans réponse "concrète" de l'UE, la Turquie gardera ses frontières ouvertes aux migrants

Des militaires transfèrent des migrants de leur camion vers un bus spécialement affrété. Ces migrants ont été refoulés par la police grecque et seront conduits à la station-essence d'Uzunköprü.
Des militaires transfèrent des migrants de leur camion vers un bus spécialement affrété. Ces migrants ont été refoulés par la police grecque et seront conduits à la station-essence d'Uzunköprü. © Mehdi Chebil

Recep Tayyip Erdogan exhorte de nouveau l'Union européenne à prendre "sa part du fardeau" concernant l'accueil des migrants. Le président turc a déclaré, mercredi, que ces derniers auront la voie libre tant qu'il n'aura pas obtenu satisfaction des Vingt-Sept. Bruxelles dénonce un "chantage".

Publicité

Tant que Recep Tayyip Erdogan n’aura pas obtenu de réponse "concrète" de l’Europe, il laissera passer les migrants. "Nous maintiendrons les mesures actuellement mises en place à la frontière jusqu'à ce que les attentes de la Turquie (...) reçoivent une réponse concrète", a déclaré, mercredi 11 mars, le président turc lors d'un discours à Ankara.

Le chef de l'État turc a mentionné la reprise des discussions sur l'exemption de visas pour les ressortissants turcs voulant se rendre en Europe, l'ouverture de nouveaux chapitres dans le processus d'adhésion d'Ankara à l'UE - au point mort -, une modernisation de l'union douanière et une aide financière supplémentaire.

"Barbares" et "fascistes"

"Nous ne faisons la manche auprès de personne. Tout ce que nous voulons, c'est que les promesses faites à notre pays soient tenues", a ajouté Recep Tayyip Erdogan. La veille, le président turc avait indiqué qu'il espérait des progrès sur ces questions d'ici un sommet du Conseil européen qui doit se tenir le 26 mars.

Par ailleurs, il a affirmé qu'il recevrait, le 17 mars, à Istanbul, la chancelière allemande, Angela Merkel, et le chef de l'État français, Emmanuel Macron, mais la présidence française n'a pas confirmé la tenue d'un tel sommet.

Les déclarations du président turc interviennent au surlendemain d'un déplacement à Bruxelles lors duquel il s'est entretenu avec de hauts responsables européens sur la question des migrants.

La Turquie a annoncé, fin février, l'ouverture de ses frontières avec l'Europe, provoquant l'afflux de milliers de migrants à la frontière grecque et réveillant en Europe le souvenir de la crise migratoire de 2015.

Mercredi, le président turc s'en est pris avec virulence aux autorités grecques qui ont fait usage de grenades lacrymogènes et de canons à eau pour repousser les migrants.

"Il n'y a aucune différence entre ce que faisaient les nazis et les images qui nous parviennent de la frontière grecque", a déclaré Recep Tayyip Erdogan, qualifiant également les autorités grecques de "barbares" et de "fascistes".

"L'UE a accusé M. Erdogan de 'chantage" aux migrants'"

L'UE a accusé M. Erdogan de "chantage" aux migrants, l'appelant à respecter les engagements issus d'un accord UE-Turquie conclu en mars 2016, qui prévoit que les migrants restent en Turquie, en échange notamment d'une aide financière européenne.

Mais Ankara accuse l'UE de n'avoir pas tenu toutes les promesses prévues par cet accord, et soutient qu'il est nécessaire de le "mettre à jour" en raison des derniers développements en Syrie, notamment dans la province d'Idleb (nord-ouest).

Dans cette région frontalière de la Turquie, près d'un million de personnes ont été déplacées par des violences depuis décembre.

Ankara, qui accueille déjà quelque 3,6 millions de Syriens sur son territoire, redoute un nouvel afflux de réfugiés.

 

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.