Accéder au contenu principal

Coronavirus : municipales maintenues, fermeture des écoles, universités... les annonces d'Emmanuel Macron

Le président Emmanuel Macron s'est adressé solennellement aux Français depuis l'Élysée, le 12 mars 2020.
Le président Emmanuel Macron s'est adressé solennellement aux Français depuis l'Élysée, le 12 mars 2020. © France 24

Dans une allocution télévisée, le président Macron a annoncé une série de mesures pour lutter contre l'épidémie de coronavirus, "la plus grave crise sanitaire qu'ait connu la France depuis un siècle".

Publicité

C'est "la plus grave crise sanitaire qu'ait connu la France depuis un siècle". C'est par ces mots et sur un ton très solennel que le président Emmanuel Macron a annoncé, jeudi 12 mars, le plan d'action du gouvernement pour lutter contre le Covid-19. Dans l'Hexagone, la pandémie a déjà tué 61 personnes et en a contaminé 2 876 – soit près de 600 de plus en 24 heures –, dont 129 cas graves, qui ont été placés en réanimation.

REPLAY - Coronavirus : Allocution d'Emmanuel Macron à propos du Covid-19 en France

Le chef de l'État en a appelé à "la responsabilité" et demandé "à tous les Français" de limiter "au strict nécéssaire" leurs déplacements, en privilégiant le télétravail.

Les élections municipales prévues les 15 et 22 mars sont maintenues, le premier tour en tout cas. Le président a dit s'appuyer sur l'avis de scientifiques que "rien ne s'oppose à ce que les Français se rendent aux urnes".

"Il est important en ce moment, en suivant l'avis des scientifiques comme nous venons de le faire, d'assurer la continuité de notre vie démocratique et de nos institutions", a assuré le chef de l'État.

>>  En direct : le président Macron annonce la fermeture des écoles, crèches et universités dès lundi

Les établissements scolaires fermés dès lundi

Les écoles, crèches, lycées et universités resteront fermés "dès lundi et jusqu'à nouvel ordre". Jusqu'à la prise de parole du président, seuls le site de Creil de l'IUT de l'Oise et la faculté de Tolbiac étaient déjà fermés et environ 420 000 élèves concernés.

Selon les chiffres du ministère de l'Éducation nationale, 12 millions d'élèves sont scolarisés de la maternelle jusqu'au lycée.

Afin d'éviter le chaos, le chef de l'État a précisé qu'un "service de garde sera mis en place région par région" pour que les personnels "indispensables à la gestion de la crise sanitaire" puissent "faire garder leurs enfants et continuer d'aller au travail".

Le stade 2 du "plan blanc" déclenché

Du côté des hôpitaux, Emmanuel Macron a annoncé le stade 2 du "plan blanc". Concrètement, les opérations non urgentes sont déprogrammées immédiatement afin de libérer des lits de réanimation en salles de réveil et du personnel qualifié.

Pour Emmanuel Macron, l'heure n'est pas à l'isolement et à la fermeture de frontières. Des fermetures seront décidées quand "elles seront pertinentes", a expliqué le président français, comme pour répondre à Donald Trump qui a interdit mercredi le territoire aux personnes venant de l'espace Schengen.

Critiquant la "division" dans la réponse face à la propagation de ce virus, il a d'ailleurs précisé qu'il allait prochainement échanger avec son homologue américain.

Des "mesures exceptionnelles" pour l'économie

Pour soutenir l'économie, déjà fragilisée par cette pandémie, des "mesures exceptionnelles et massives" pour "protéger les salariés et les entreprises" seront mises en place, a ajouté le président Macron.

"L'État prendra en charge l'indemnisation des salariés contraints à rester chez eux", a-t-il promis, quel qu'en soit le coût. En outre, "toutes les entreprises qui le souhaitent pourront reporter sans justification, sans formalité, sans pénalité, le paiement des cotisations et impôts dus en mars".

À lire : Coronavirus : pourquoi les Bourses ont franchi un cap dangereux

"Dès les jours à venir, un mécanisme exceptionnel et massif de chômage partiel sera mis en œuvre" qui ira "beaucoup plus loin" que les annonces déjà faites par le gouvernement pour "préserver les emplois et les compétences".

Déjà 3 600 entreprises ont demandé à bénéficier de mesures de chômage partiel pour environ 60 000 salariés, selon la ministre du Travail Muriel Pénicaud. Le tourisme, la restauration, l'événementiel et les transports sont particulièrement touchés.

 

 

 

 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.