Accéder au contenu principal

Dopage: Dix athlètes russes au maximum autorisés aux Jeux olympiques sous drapeau neutre

Publicité

Monaco (AFP)

Un maximum de dix athlètes russes seront autorisés à participer aux Jeux Olympiques de Tokyo sous bannière neutre, a annoncé jeudi la Fédération internationale d'athlétisme, alors que la Russie est suspendue depuis novembre 2015 pour avoir instauré un système de dopage institutionnel.

La Russie est par ailleurs sanctionnée d'une amende de 10 millions de dollars dont la moitié devra être payée avant le 1er juillet 2020 sous peine de voir son quota de dix athlètes suspendu.

Les 5 millions de dollars restants sont en sursis durant deux ans et devront être acquittés par la Russie "si pendant cette période la Rusaf commet une nouvelle infraction aux règles antidopage ou ne fait pas de progrès significatifs vers le respect des conditions de réintégration", a expliqué le président de la Fédération internationale Sebastian Coe.

World Athletics avait gelé en novembre 2019 le processus permettant à des athlètes triés sur le volet de participer aux compétitions hors de Russie, la Fédération russe d'athlétisme (Rusaf) ayant été accusée d'avoir fourni de faux documents pour permettre au vice-champion du monde de hauteur 2017 Danil Lysenko d'échapper à une sanction pour manquements à ses obligations de localisation pour des contrôles inopinés.

L'instance avait également gelé le processus de réintégration de la Russie.

Coe a déclaré que le Conseil s'est senti "gravement déçu par la précédente administration de la Rusaf, c'est pourquoi il a approuvé un nouvel ensemble de critères pour la réintégration de la fédération".

Depuis les décisions prononcées en novembre 2019, la Russe a fait le ménage dans ses institutions sportives aux dirigeants renouvelés. Oleg Matytsine a succédé à Pavel Kolobkov en tant que ministre des Sports. Il y a deux semaines, l'homme d'affaires et politicien Evguéni Iourtchenko, seul candidat en lice et soutenu par le Kremlin, a été élu président de la fédération après l'éviction du bureau visé par les accusations de l'AIU en novembre.

Evguéni Iourtchenko a indiqué avoir écrit à World athletics (ex-IAAF) pour reconnaître la responsabilité de Rusaf dans le cas Lysenko, un geste exigé par la fédération internationale.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.