Accéder au contenu principal

Golf: McIlroy en quête d'un doublé inédit au Players Championship

Publicité

Los Angeles (AFP)

Le N.1 mondial Rory McIlroy entrera dans l'histoire du circuit professionnel américain de golf (PGA) s'il réussit l'exploit inédit de conserver son titre au Players Championship, considéré comme le 5e Grand Chelem, qui se dispute à partir de jeudi sans Tiger Woods.

Le duel aurait eu fier allure. D'autant que Woods est lui aussi tout près de réussir quelque chose de grand cette saison: il lui manque une victoire pour battre le record du plus grand nombre de titres (82), qu'il partage avec Sam Snead.

Mais "le Tigre" a le dos qui grince - conséquence chronique de plusieurs opérations subies ces dernières années - et a préféré se ménager avant le Masters d'Augusta (9-12 avril) où il aura une veste verte à défendre, un an après sa résurrection en Géorgie.

Chacun son histoire donc, pour mieux écrire la grande. Et à ce titre, McIlroy n'a pas à chercher loin "pour trouver une motivation supplémentaire sur ce tournoi".

"Etre le premier à conserver le trophée ici serait vraiment cool", a-t-il confié aux journalistes.

Le Nord-Irlandais arrive à Ponte Vedra Beach, en Floride, avec pas mal de confiance emmagasinée, fruit d'un début de saison encourageant où il a fini cinq fois parmi les cinq premiers en six tournois. Dimanche, il n'a pas été loin de s'adjuger l'Arnold Palmer Invitational, la faute à un vent légèrement trop capricieux à son goût.

Néanmoins, McIlroy, finalement 5e du Arnold Palmer Invitational, voit des similitudes entre ce début 2020 et l'entame 2019 qui fut du même acabit avant qu'il ne s'impose au Players Championship, premier de ses quatre succès de l'année passée.

- "Le meilleur du monde" -

"C'est agréable d'être de retour", a-t-il reconnu à ce propos. "Ces deux débuts d'années se ressemblent dans la façon que j'ai eue de jouer en tournois. J'ai eu des opportunités, mais je n'ai pas tout à fait pu capitaliser. Alors oui, ce serait merveilleux de reproduire jusqu'au bout ce qui s'est passé ici l'an passé."

Favori, McIlroy l'est aux yeux de nombreux suiveurs et même de certains rivaux, tel l'Américain Webb Simpson, lauréat de l'épreuve en 2018.

"Inutile de le préciser, mais il est certainement le meilleur joueur du monde actuellement", a-t-il estimé. "Son mauvais jeu et ses mauvais étirements sont meilleurs que ceux de la plupart des gars ici. Et quand il joue de son mieux, il est difficile à battre."

Simpson, peut-être dans une quête maligne de mettre un peu de pression sur les épaules de son rival, pousse encore plus loin la dithyrambe, affirmant que McIlroy, 30 ans, "a déjà convaincu (le monde du golf) qu’il va devenir l’un des meilleurs joueurs de tous les temps. Ce qui est formidable pour lui, pour nous, pour le circuit."

Un circuit pour l'heure pas vraiment bouleversé par la propagation de nouveau coronavirus qui ne cesse pourtant de provoquer annulations et reports de nombreuses compétitions sportives à travers le monde.

Aux Etats-Unis, le tournoi d'Indian Wells - lui aussi considéré comme le 5e Grand Chelem à l'échelle du tennis - a été annulé en Californie.

Le Players Championship lui a été maintenu, le patron du circuit PGA Jay Monahan, ayant déclaré que l'instance a mis en place un groupe de travail pour surveiller l'évolution de l'épidémie au jour le jour.

"Il va sans dire que la santé, la sécurité, le bien-être de nos joueurs, de nos fans, de nos tournois, de tous ceux qui sont impliqués dans notre écosystème sont de la plus haute importance", a-t-il argué.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.