Accéder au contenu principal

Le Chili célèbre 30 ans de démocratie sur fond de crise sociale

Photo prise le 11 mars 1990 montrant le nouveau président chilien Patricio Aylwin (à g.), qui vient d'être investi, et le dictateur déchu Augusto Pinochet (à d.) lors d'une cérémonie à Santiago.
Photo prise le 11 mars 1990 montrant le nouveau président chilien Patricio Aylwin (à g.), qui vient d'être investi, et le dictateur déchu Augusto Pinochet (à d.) lors d'une cérémonie à Santiago. © AFP

Le 11 mars 1990, après 17 ans de dictature, Augusto Pinochet remettait les rênes du pouvoir à un président élu qui lançait la reconstruction d'une démocratie. Mais aujourd'hui, alors que la colère de la population gronde face aux inégalités socio-économiques, ce modèle est remis en question.

Publicité

Il a trente ans, le Chili tournait une page noire de son histoire. Le démocrate-chrétien Patricio Aylwin, fraichement élu président, entrait en fonction le 11 mars 1990, au cours d'une cérémonie de passation de pouvoirs avec le général Pinochet. Une révolution démocratique dans ce pays qui avait connu le coup d'État de 1973, le "suicide" du président Allende, puis 17 ans du régime sanglant d'Augusto Pinochet.  

Pourtant cet anniversaire est fêté sans grande pompe aujourd'hui au Chili. Après plus de quatre mois d'une contestation qui a fait 31 morts, le cœur des Chiliens n'est pas à la fête. Lors d'une cérémonie à Santiago, le président conservateur Sebastian Piñera a estimé que ces trente années de régime démocratique avaient été une période "féconde", ayant permis de sortir 8 millions de Chiliens de la pauvreté et de consolider une véritable classe moyenne. Mais il a également reconnu les manquements qui font mal "à l'âme de notre nation".

"Nous n'avons pas suffisamment tenu compte des craintes et manques de notre classe moyenne. Nous n'avons pas progressé assez fortement vers la pleine égalité entre les hommes et les femmes. Nous n'avons pas lutté avec suffisamment de volonté contre les abus des uns et les privilèges des autres", a reconnu Sebastian Piñera.

Référendum constitutionnel 

Déclenchée le 18 octobre par une hausse du prix du ticket de métro dans la capitale, la crise sociale s'est nourrie de la colère de la population face aux profondes inégalités socio-économiques et à la déconnexion de la classe politique vis-à-vis des problèmes quotidiens de la majorité des 18 millions de Chiliens.

Pour tenter de juguler la crise, le gouvernement a accepté l'organisation d'un référendum constitutionnel. Le 26 avril, plus de 14 millions de Chiliens seront ainsi appelés à se prononcer pour ou contre la rédaction d'une nouvelle Constitution en remplacement de l'actuelle, votée en pleine dictature d'Augusto Pinochet (1973-1990). C'est grâce à cette Constitution, que l'éducation, les systèmes de retraites et de santé ont été profondément modifiés, laissant la part belle aux secteurs privés et générant de profondes inégalités dénoncées par le mouvement de contestation inédit qui traverse le pays.

Avec AFP 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.