Accéder au contenu principal
REPORTAGE

Municipales : dans les villages, "la place de maire n'est pas une place enviable"

Le 15 mars prochain, le village de Châtenois, dans l'est de la France, ne présentera aucun candidat pour les élections municipales.
Le 15 mars prochain, le village de Châtenois, dans l'est de la France, ne présentera aucun candidat pour les élections municipales. © France 24

Faute de candidat, le bureau de vote de Châtenois restera porte close le 15 mars, date du premier tour des élections municipales. Comme 105 autres communes de France, ce village de 130 habitants pourrait disparaître administrativement. Rencontre avec son maire sortant, Victor Coulin.

Publicité

"C'est vrai qu'au bout de 12 ans, on s'use un peu." Victor Coulin est maire de Châtenois depuis 2008. Voilà un an que l'édile de 73 ans a annoncé qu'il ne sollicitera pas un nouveau mandat à la tête de cette commune de Haute-Saône, dans l'est de la France. Problème : aucun de 130 autres habitants du village n'a manifesté l'envie de lui succéder.

Châtenois fait partie des 106 communes ne comptant aucun candidat aux municipales, selon le ministère de l'Intérieur. Il y en avait 62 en 2014. Faute de combattants, le premier tour des municipales, le 15 mars, est annulé, mais pas le second, au cas où une liste se constitue dans l'intervalle.

Dans le cas contraire, une délégation installée par la préfecture gère les affaires courantes pendant trois mois pour tenter de trouver des candidats. Si aucune bonne âme ne se présente, la commune est dissoute et fusionnée avec une autre. "Voir Châtenois disparaître serait un crève-cœur", affirme Victor Coulin, qui espère pouvoir encore trouver quelqu'un pour prendre la relève.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.