Tonie Marshall, seule femme à avoir reçu un César pour la réalisation, est décédée

La Franco-Américaine Tonie Marshall est la seule femme à avoir remporté le César de la meilleure réalisation, avec "Vénus beauté (institut)".
La Franco-Américaine Tonie Marshall est la seule femme à avoir remporté le César de la meilleure réalisation, avec "Vénus beauté (institut)". © Capture d'écran

La réalisatrice franco-américaine Tonie Marshall, seule femme à avoir remporté le César de la meilleure réalisation pour "Vénus beauté (institut)" en 2000, est décédée jeudi à l'âge de 68 ans, a annoncé son agente, Elisabeth Tanner, à l'AFP.

Publicité

Tonie Marshall est décédée "ce matin des suites d'une longue maladie". C'est par ces mots que son agente, Élisabeth Tanner, a annoncé jeudi 12 mars la mort de la réalisatrice de 68 ans. La Franco-Américaine est la seule femme à ce jour à avoir remporté le César de la meilleure réalisation pour "Vénus beauté (institut)" en 2000.

Fille de l'actrice française Micheline Presle et de l'acteur, réalisateur et producteur américain William Marshall, Tonie Marshall avait débuté au cinéma comme actrice en 1972 dans "L'Événement le plus important depuis que l'homme a marché sur la lune" de Jacques Demy.

>> À voir : Tonie Marshall, invitée d'ActuElles pour son film "Numéro une"

Elle était passée à la réalisation en 1990 avec "Pentimento", avant une dizaine de longs métrages, dont "Vénus beauté (institut)" avec Nathalie Baye et Audrey Tautou, son film le plus connu, qui lui vaudra plusieurs César, dont ceux de la meilleure réalisation et du meilleur film.

Viendront ensuite "Au plus près du paradis" avec Catherine Deneuve et William Hurt, "France Boutique" avec Karin Viard et François Cluzet ou "Numéro une" avec Emmanuelle Devos en 2017, son dernier film, sur la bataille d'une ingénieure pour prendre la tête d'une entreprise du CAC 40.

"Tout ce qui est dans le film est très réaliste", confiait au moment de la sortie la cinéaste, qui avait rencontré de nombreuses dirigeantes pour ce long-métrage. "Je ne voulais pas montrer des hommes caricaturaux mais en revanche montrer à quel point ces sphères sont occupées."

"Les femmes ont du mal à s'y projeter", poursuivait Tonie Marshall, qui dénonçait "une organisation frontale" et "une misogynie bienveillante, paternaliste", pour empêcher les femmes d'accéder aux plus hauts postes.

Dans le monde du cinéma, Tonie Marshall assurait en revanche ne pas avoir souffert de sexisme. "Je n'ai jamais entendu dire qu'un film ne se montait pas parce qu'il était fait par une femme", disait-elle.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine