Accéder au contenu principal

Un nouveau cluster en Bretagne avec 10 cas confirmés, 104 cas au total

Publicité

Bruz (France) (AFP)

Un nouveau "cluster" de coronavirus a été identifié mercredi près de Rennes, à Bruz où 10 personnes au total ont été contaminées, portant le nombre de cas confirmés à 104 en Bretagne, ont annoncé jeudi l'Agence régionale de santé (ARS) et la préfecture de région.

Âgés de 21 à 56 ans, les dix nouveaux cas, tous des enseignants, sont pris en charge à leur domicile sous surveillance du CHU de Rennes et "leur état n’inspire pas d'inquiétude", a indiqué le directeur général de l'ARS Stéphane Mulliez lors d'une conférence de presse jeudi matin à la préfecture.

Dès jeudi soir, la préfète Michèle Kirry a pris un arrêté classant la commune "zone de circulation active du virus", avec des mesures immédiates "applicables à la seule commune de Bruz" afin de "limiter la propagation du virus".

Onze établissements scolaires (de la maternelle au lycée) sont fermés jusqu'au 25 mars inclus, soit 5.500 élèves concernés. Les "rassemblements dans les lieux et/ou les activités impliquant une promiscuité prolongée du public favorisant la transmission du virus sont interdits". Sont concernés: les crèches, lieux de cultes, cinémas et piscines.

A la mi-journée, sur la porte fermée du groupe scolaire public Vert Buisson, où le premier cas a été identifié, une affiche informe de "la mise sous quarantaine" d'une "professeure de l'école".

"On ne fait pas de déclaration, c'est les recommandations" a réagi à l'AFP une femme rejoignant avec deux collègues les locaux d'une école maternelle privée du quartier.

"Il n'y a pas d'angoisse particulière", confie Jean-Marc Pennarun, 37 ans, habitant de Bruz, chargé d'affaires en génie électrique. Il a appris la nouvelle "par les réseaux sociaux" et trouve que "c'est un peu surprenant cette ambiance de ville morte".

Le quartier, habituellement animé par la présence de nombreux commerces et restaurants, abrite deux écoles et une résidence pour séniors. "Je connais des personnes qui ont un enfant dans l'école d'à côté, et cela pose des problèmes d'organisation", a-t-il souligné.

Lors d'un CSE extraordinaire, la direction de l'usine PSA de Rennes, qui emploie 2.200 salariés et environ 800 intérimaires sur son site près de Bruz, a décidé - "sans qu'un cas suspect ne soit détecté" - de renforcer la prévention du Covid-19, a annoncé la CFDT dans un communiqué.

"Un renforcement des mesures va être engagé sur le site avec également une nouveauté, la vérification aléatoire de la température des salariés", selon la CFDT.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.