Accéder au contenu principal

Coronavirus au Brésil : Jair Bolsonaro rattrapé par une crise qu'il minimisait

Le président américain Donald Trump aux côtés de son homologue brésilien Jair Bolsonaro et du secrétaire brésilien à la Communication, Fabio Wajngarten, en Floride, le 7 mars 2020.
Le président américain Donald Trump aux côtés de son homologue brésilien Jair Bolsonaro et du secrétaire brésilien à la Communication, Fabio Wajngarten, en Floride, le 7 mars 2020. © Alan Santos, AFP

Dans un tweet, le président brésilien Jair Bolsonaro a annoncé vendredi qu'il avait été testé négatif au coronavirus. Son secrétaire à la Communication, infecté, l'avait accompagné le week-end dernier lors de son voyage aux États-Unis, pendant lequel les deux hommes avaient rencontré Donald Trump.

Publicité

Une "petite crise" qui relève surtout de "l'imagination" des médias du monde entier. Voilà comment, il y a trois jours encore, le président Jair Bolsonaro présentait la pandémie de Covid-19 dans un discours tenu à Miami. Vendredi 13 mars, le chef de l'État brésilien s'est pourtant fendu d'un tweet pour annoncer qu'il avait été testé négatif au coronavirus, mettant ainsi fin à des rumeurs sur sa possible contamination après la découverte d’un cas dans son entourage proche.

La presse brésilienne a en effet révélé mercredi l'infection de Fabio Wajngarten, le secrétaire à la Communication de la présidence. Son épouse avait annoncé la nouvelle sur le groupe des parents d’élèves de l’école où leurs deux filles sont scolarisées. Très vite, le patron de la communication gouvernementale avait tempêté contre les journalistes  : "Cela n’a pas suffi à la bande de pourris de la presse de dire des absurdités sur ma religion, ma famille et mon entreprise, ils s’en prennent désormais à ma santé", s'était-il ainsi indigné sur Twitter.

Donald Trump exposé

Un communiqué de la présidence de la République a finalement officialisé jeudi la contamination de Fabio Wajngarten. L'information a amplifié les rumeurs sur la possible infection du président Jair Bolsonaro. Et renforcé un questionnement qui dépassait déjà les frontières brésiliennes : Donald Trump a-t-il pu être contaminé par Fabio Wajngarten ? Car le responsable de la communication faisait partie de la délégation officielle brésilienne qui accompagnait Jair Bolsonaro lors de sa visite officielle en Floride du 7 au 10 mars.

Dès l’annonce du résultat positif de Fabio Wajngarten au test du coronavirus, des photos et des vidéos sont apparues sur les réseaux sociaux montrant le secrétaire à la Communication aux côtés de Donald Trump, Mike Pence et Jair Bolsonaro.

La proximité entre les participants, qui se serrent les mains à plusieurs reprises sur les images, ne laisse aucun doute sur le fait qu’ils ont tous été exposés au virus, Fabio Wajngarten présentant déjà des symptômes avant son départ des États-Unis.

"Dès le moment où j’ai ressenti les premiers symptômes, j’ai prévenu les membres de la délégation présidentielle", s’est par la suite défendu le secrétaire à la Communication, accusé de ne pas avoir respecté les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé en ayant attendu son retour au Brésil pour se faire dépister.

L’annonce de la contamination de Fabio Wajngarten a contraint le ministre brésilien des Affaires étrangères, Ernesto Araujo, qui se trouvait encore à Washington, à écourter son séjour. Il va devoir lui aussi passer des tests.

Bolsonaro masqué

En quelques jours, le président Jair Bolsonaro s'est vu contraint de faire évoluer son discours sur le coronavirus – le Brésil comptant, vendredi soir, une centaine de cas confirmés de Covid-19 et ne recensant aucun mort. Il est ainsi apparu sur les réseaux sociaux avec un masque de protection et s'est lavé les mains avec du gel hydroalcoolique.

Impossible pour lui de continuer à minimiser l'épidémie. Dans une allocution diffusée en direct sur sa page Facebook jeudi soir, le chef de l'État a finalement découragé ses partisans de prendre part aux rassemblements prévus dimanche pour lui afficher leur soutien contre le Congrès et la Cour suprême, accusés de l’empêcher de réformer le pays. Les plus radicaux continuent malgré tout d'appeler à descendre dans la rue.

Les premières déclarations de Jair Bolsonaro sur le Covid-19 ont laissé des traces. Pour l’éditorialiste Leonardo Sakamoto, du portail UOL Noticias, "le président a démontré qu’il n’était pas capable de conduire le pays dans ce contexte de pandémie de coronavirus". Un sentiment partagé par bon nombre de journalistes brésiliens.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.