Accéder au contenu principal

"Saison blanche" en L1? Une solution radicale loin de faire l'unanimité

Publicité

Paris (AFP)

La saison de Ligue 1, suspendue jusqu'à nouvel ordre, ira-t-elle jusqu'à son terme? L'influent président lyonnais Jean-Michel Aulas s'est montré favorable à son annulation pure et simple, une solution radicale avantageuse pour lui mais loin de faire l'unanimité.

Si l'épidémie de coronavirus continue de perturber le Championnat de France dans les semaines à venir, "le plus logique serait alors de dire: +on annule tout et on repart sur la situation du début de saison+", a lancé le patron de l'OL vendredi dans les colonnes du journal Le Monde.

Décréter une "saison blanche", sans attribution de titre ni relégation, permettrait d'éviter "à ceux qui sont concernés par le bas du tableau de se retourner contre la LFP et la FFF", a appuyé le dirigeant.

L'argument juridique soulevé par Aulas, par ailleurs président du collège des clubs de Ligue 1 de la Ligue et membre du comité exécutif de la Fédération, a été balayé par la LFP.

"La seule façon d'éviter les recours c'est que les compétitions aillent à leur terme", a confié son directeur général exécutif Didier Quillot, samedi au site internet du journal L'Equipe, en mentionnant les engagements pris devant les diffuseurs.

"Le football, c'est la solidarité entre les quarante clubs (de L1 et L2, ndlr) et l'ensemble des acteurs du foot. Ces paroles n'engagent que lui", avait taclé plus tôt la présidente de la LFP Nathalie Boy de la Tour, interrogée par BeIN Sports.

Le recadrage n'a pas fait reculer Aulas. "Bien sûr on fait tout pour que la L1 reprenne mais si (ce n'est) pas le cas on fait quoi?", a-t-il réagi sur Twitter.

- "Il a craqué" -

L'avis du président lyonnais a donné lieu à une réaction amusée de Dimitri Payet, deuxième de L1 avec Marseille alors que Lyon pointe au septième rang, loin des places qualificatives en Ligue des champions. Annuler la saison en cours permettrait à l'OL, deuxième du précédent exercice, d'être qualifié en C1 l'année prochaine.

"Mais il est sérieux celui-là?", avait réagi sur Twitter l'international français, ajoutant: "@JM_Aulas #ilACraqué #ilFautPrendreSaTempératureVite #C'estQuoiLeClassementActuel? #Aprés28Journées? #AhD'accordJ'aiCompris #C'estBienTenté #MaisLoL".

L'ensemble des clubs de Ligue 1, à l'exception de Lyon, ont en tout cas exprimé leur envie de voir le championnat connaître sa conclusion sur les terrains, quitte à prolonger l'exercice au-delà du mois de mai.

"On risque de terminer un peu plus tard mais ce n'est pas un problème à mon goût. Si on termine le championnat, ce sera les mêmes équipes" donc "l'équité" sera respectée, expose l'entraîneur de Strasbourg, Thierry Laurey, ajoutant: "Si on annule, comment vous faites pour l'Europe?".

La qualification pour les places européennes, justement, est l'objectif qui incite l'AS Monaco, 9e avec le même nombre de points que Lyon, à poursuivre l'exercice en cours.

"Je souhaite que l'on remonte au classement. Tout le monde sait que j'ai fait des changements (limogeage de Leonardo Jardim, ndlr) en plein championnat et que j'en attends beaucoup", a reconnu Oleg Petrov, le vice-président du club monégasque.

- "Inconcevable" pour Blaquart -

Une saison blanche, sans relégation, rendrait service aux équipes actuellement en danger, comme Toulouse (20e), Amiens (19e) voire Nîmes, en position de barragiste.

Mais l'entraîneur des Crocodiles ne veut pas entendre parler d'une telle solution. "En tous les cas, on ne pourrait pas se réjouir d'une telle décision. C'est inconcevable même si Nîmes, aujourd'hui, en profiterait", affirme Bernard Blaquart.

En cas de reprise du Championnat, la Ligue et les clubs seront néanmoins confrontés à un casse-tête pour programmer les dix dernières journées.

"Si l'UEFA décide de reporter l'Euro-2020 à cet automne ou à l'an prochain, on pourrait très bien envisager de terminer le championnat fin juin", avance Blaquart.

Aller au-delà paraît quasiment impossible d'autant que, comme le relève le président de Nice Jean-Pierre Rivière, "au 30 juin des contrats de joueurs se terminent".

Si aucune date de reprise n'est pour l'heure envisagée, le dirigeant azuréen joue la carte de la sagesse, à l'unisson de ses paires. "On verra au jour le jour. Le problème immédiat est d'endiguer et gérer l'épidémie", résume-t-il.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.