Accéder au contenu principal

Coronavirus : l'OMS appelle à effectuer "un test pour chaque cas suspect"

Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l'OMS, lors d'une conférence de presse à Genève.
Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l'OMS, lors d'une conférence de presse à Genève. © Denis Balibouse, Reuters

"Testez, testez, testez." L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a appellé lundi tous les pays à accentuer les programmes de dépistage de la population pour freiner la pandémie de Covid-19, à l'origine de la "crise sanitaire mondiale majeure de notre époque".

Publicité

Face à la"crise sanitaire mondiale majeure de notre époque", l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a appellé, lundi 16 mars, à effectuer "un test pour chaque cas suspect" de coronavirus.

Le Covid-19 a fait au moins 7 063 morts dans le monde depuis son apparition en décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mardi 17 mars à 9 h GMT.

Plus de 180 090 cas d'infection ont été dénombrés dans 145 pays et territoires depuis le début de l'épidémie. Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu'imparfaitement la réalité, un grand nombre de pays ne testant désormais plus que les cas nécessitant une prise en charge hospitalière.

Les pays n'en font pas suffisamment pour retracer et tester chaque cas potentiel de contamination, se focalisant davantage sur des mesures pour créer une distance sociale entre les citoyens, a critiqué lundi le chef de l'Organisation, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

"Nous avons un message simple pour tous les pays : testez, testez, testez", a insisté le chef de l'OMS lors d'une conférence de presse à Genève. Il y a désormais "plus de cas et de décès dans le reste du monde qu'en Chine", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse.

Malgré l'escalade rapide des mesures impliquant notamment la fermeture des écoles et l'annulation d'événements, les efforts ont jusqu'à présent été insuffisants pour augmenter les tests, isoler les nouveaux cas et retracer leurs contacts sociaux, a dénoncé Tedros Adhanom Ghebreyesus, appelant ces mesures à être "l'épine dorsale de la réponse au Covid-19".

"Vous ne pouvez pas combattre un incendie les yeux bandés"

Les pays ne pourront lutter contre la pandémie s'ils ignorent qui est infecté et qui ne l'est pas, a-t-il prévenu. "Vous ne pouvez pas combattre un incendie les yeux bandés."

Le chef de l'OMS a également souligné les risques de laisser des patients avec des symptômes bénins du coronavirus rentrer chez eux, plutôt que d'être hospitalisés ou de créer de nouvelles installations médicales.

"Soigner les personnes infectées à la maison peut mettre les autres individus du ménage en danger", a-t-il insisté.

Les personnes qui prennent soin d'autres à la maison devraient également porter des masques et se laver les mains après chaque contact avec leurs proches malades. Les soignants devraient dormir dans une chambre séparée et utiliser une salle de bains séparée, recommande aussi l'OMS.

148 morts en France

La Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao), où l'épidémie s'est déclarée fin décembre, a dénombré au total 80 881 cas, dont 3 226 décès et 68 869 guérisons. Vingt-et-un nouveaux cas et 13 nouveaux décès ont été annoncés entre lundi et mardi.

Ailleurs dans le monde, on recensait mardi à 9 h GMT un total de 3 837 décès pour 99 215 cas.

Les pays les plus touchés après la Chine sont l'Italie avec 2 158 morts pour 27 980 cas, l'Iran avec 853 morts (14 991 cas), l'Espagne avec 309 morts (9 191 cas), et la France avec 148 morts (6 633 cas).

L'Asie totalisait mardi à 9 h GMT 92 601 cas (3 360 décès), l'Europe 63 941 cas (2 738 décès), le Moyen-Orient 16 594 cas (869 décès), les Etats-Unis et le Canada 5 085 cas (73 décès), l'Amérique latine et les Caraïbes 990 cas (8 décès), l'Océanie 450 cas (5 décès) et l'Afrique 435 cas (10 décès).

Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l'AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Avec AFP

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.