Accéder au contenu principal

Wall Street accentue ses gains après de nouvelles mesures de soutien à l'économie

Publicité

New York (AFP)

Les indices de Wall Street accéléraient leur progression mardi alors que l'administration américaine présentait de nouvelles mesures de soutien à l'économie, qui s'ajoutent à de précédentes annonces de la banque centrale des Etats-Unis.

Vers 16H30 GMT, le Dow Jones Industrial Average gagnait 3,78% après avoir temporairement pris plus de 5%.

Le Nasdaq grimpait de 5,15% et le S&P 500 de 4,93%.

Après un début de séance en dents de scie, les indices ont commencé à reprendre de l'élan quand la banque centrale américaine a annoncé qu'elle allait accorder des facilités de crédits destinés aux entreprises et aux ménages dans un effort pour endiguer l'impact économique de la pandémie de coronavirus aux Etats-Unis.

Parmi les mesures concrètes pour venir en aide aux sociétés et personnes les plus affectées par le coup d'arrêt de l'activité économique lié aux suspensions de lignes aériennes, aux fermetures de bars, de restaurants, aux mesures de confinement, etc., la Fed propose de soutenir les prêts automobiles et d'accorder des prêts aux entreprises.

Pour s'assurer que les marchés disposent de suffisamment de liquidités, l'antenne de la Réserve fédérale de New York a aussi organisé mardi une nouvelle injection massive d'argent en offrant 500 milliards de dollars sur le marché monétaire.

Les indices ont ensuite amplifié leur progression après le début d'une conférence de presse à la Maison Blanche.

Le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin y a notamment annoncé que l'administration Trump allait envoyer des chèques pour venir en aide aux Américains affectés par la crise du coronavirus dans les deux semaines.

Il a aussi affirmé son intention de "laisser les marchés ouverts".

Selon des médias américains, l'administration prépare un plan de relance économique pouvant s'élever jusqu'à 850 milliards de dollars.

La panique face à l'avancée inexorable de la pandémie de coronavirus l'avait emporté lundi sur les efforts massifs déployés par la banque centrale américaine pour tenter de rassurer les marchés. Le Dow Jones s'était effondré de 12,9%, sa plus forte baisse depuis le Lundi noir d'octobre 1987, tandis que le Nasdaq s'était écroulé de 12,3% et le S&P 500 de 11,98%.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.