Accéder au contenu principal

Virus: plus de décès en Europe qu'en Asie, les bourses plongent malgré les milliards promis

Publicité

Paris (AFP)

Partie de Chine en décembre, la maladie Covid-19 a déjà tué plus de 8.000 personnes à travers le monde, et depuis mercredi a fait plus de morts en Europe qu'en Asie, alors que les bourses plongent, en dépit des milliards d'aide économique annoncés.

Avec plus de 200.000 cas recensés, une partie croissante du monde est à l'arrêt, apprenant à vivre à la maison pour se protéger du virus, qualifié "d'ennemi de l'humanité" par le patron de l'OMS.

Le Portugal a confiné une première ville et pourrait rapidement étendre la mesure au reste du pays, et plusieurs villes le sont désormais au Kazakhstan.

Le centre de Paris, avec ses Grands Boulevards habituellement grouillants de vie, a des allures de ville morte, à l'exception de quelques passants ici ou là, parfois sortant leur chien. Le trafic automobile est quasi-nul.

Plus de 850 millions de jeunes dans le monde, soit près de la moitié de la population d'écoliers et d'étudiants, doivent rester chez eux et n'ont plus accès à leurs établissements d'enseignement, selon l'Unesco.

Mercredi à 12H00 GMT, 8.092 décès ont été recensés, la majorité en Europe (3.422) et en Asie (3.384), foyer initial de la contagion. Avec 684 nouveaux morts ces dernières 24 heures pour 78.766 cas, l'Europe est le continent où la pandémie progresse le plus rapidement.

Elle poursuit notamment sa hausse spectaculaire en Espagne, qui compte désormais plus de 13.700 cas et près de 600 morts. La barre des 100 décès a été franchie au Royaume-Uni, où les écoles seront fermées à partir de vendredi.

La planète guette "le pic" de la pandémie en Italie, qui enregistre le plus grand nombre de décès quotidiens - 475 mercredi, un record - et a imposé le confinement il y a une semaine, mais les experts restent très prudents dans leurs prévisions.

Le coronavirus a aussi fait un premier mort en Afrique subsaharienne, au Burkina Faso.

En dépit des milliards promis pour soulager l'économie mondiale, les principales places boursières européennes ont balayé à l'ouverture leur rebond de la veille, avant de s'enfoncer davantage.

- Un danger "sous-estimé" -

Aux Etats-Unis, la bouffée d'oxygène octroyée la veille par les annonces de la Fed et du gouvernement a été de courte durée, le Dow Jones s'enfonçant de 3,94%.

De nombreuses banques centrales ont abaissé leurs taux directeurs, plusieurs grands pays ont annoncé de larges soutiens budgétaires - dernier en date, le Canada avec un nouveau plan d'aide à son économie -, mais tant que le virus reste présent, les marchés semblent douter de l'efficacité de ces mesures.

La pandémie menace jusqu'à 25 millions d'emplois à travers le monde, en l'absence de réponse coordonnée à l'échelle internationale, a averti l'Organisation internationale du Travail (OIT).

Le président américain Donald Trump - dont une majorité de concitoyens pensent qu'il a minimisé les risques liés au virus - s'est comparé mercredi lors d'une conférence de presse à un "président en temps de guerre", évoquant une guerre contre le "virus chinois", terme controversé qu'il utilise à l'envi.

La chancelière Angela Merkel s'adressera mercredi soir pour la première fois aux Allemands à la télévision, pour leur demander de respecter les consignes sanitaires. Aucune nouvelle mesure n'est toutefois attendue, alors que les écoles sont fermées et que la plupart des magasins "non essentiels" doivent l'être progressivement.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a admis que les responsables politiques avaient tous "sous-estimé" le danger représenté par l'épidémie.

De nombreux événements culturels ont déjà été annulés. Dernier en date: le concours de l'Eurovision de la chanson, prévu en mai aux Pays-Bas.

Mais aucune décision n'a encore été prise concernant les Jeux olympiques de Tokyo, le rendez-vous sportif le plus attendu au monde, aux énormes enjeux financiers, prévu du 24 juillet au 9 août.

- "Gestes de tendresse" -

En Grande-Bretagne et en Norvège, les gouvernements tentent d'obtenir des pouvoirs extraordinaires pour faire face au virus, pendant que d'autres tentent de faire face à l'afflux de malades dans les hôpitaux.

L'Allemagne va doubler le nombre de lits d'assistance respiratoire et transformer des hôtels et des halles en hôpitaux afin de diminuer la pression sur les services de soins intensifs, tandis que Donald Trump va envoyer un navire-hôpital doté de 1.000 chambres et de salles d'opération.

Plus original, le plus grand stade d'Irlande, Croke Park, va lui servir de laboratoire "drive-in" où les Irlandais pourront se faire tester sans sortir de leur voiture.

S'il reste recommandé d'éviter au maximum les contacts physiques, le pape François a rappelé aux familles confinées l'importance "des gestes de tendresse", comme "un plat chaud, une caresse, un câlin, un appel téléphonique".

Pendant que l'Europe se terre, la Chine sort prudemment de son hibernation virale: le nombre de nouvelles contaminations se rapproche chaque jour de zéro et le pays commence à renouer avec un semblant de vie.

Hors de la province du Hubei, berceau de la maladie Covid-19, toujours en quarantaine, les commerces, fermés depuis plus de deux mois, rouvrent progressivement et les amateurs de taichi pratiquent de nouveau dans l'espace public.

"J'ai eu très peur", confie Zhang Min, entrepreneur de 50 ans, croisé à Shanghai. "A présent tout va bien. Pas comme à l'étranger, où les gens dévalisent les supermarchés".

Mais le port du masque reste de mise et la prise de température est incontournable à l'entrée de la moindre supérette.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.