Accéder au contenu principal

Coronavirus : les mesures de confinement en Italie vont être prolongées

Un policier italien devant la mairie de Rome sur laquelle est projeté le drapeau national, le 17 mars 2020.
Un policier italien devant la mairie de Rome sur laquelle est projeté le drapeau national, le 17 mars 2020. © Alberto Lingria, Reuters

Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a annoncé que les mesures de confinement prises depuis une semaine en Italie, pays d'Europe le plus durement touché par la pandémie, seraient "prolongées à leur échéance", le 3 avril.

Publicité

En raison de la gravité de la situation, les mesures de confinement vont être prolongées en Italie à leur échéance, le 3 avril.

"Les mesures que nous avons prises, tant celle qui a entraîné la fermeture d'une grande partie des entreprises et des activités individuelles dans le pays, que celle concernant l'école, ne peuvent être que prolongées à leur échéance", a ainsi déclaré jeudi 19 mars le chef du gouvernement, Giuseppe Conte, dans le quotidien Il Corriere della Sera.

"Nous avons évité l'effondrement du système, les mesures restrictives fonctionnent et il est évident que lorsque nous atteindrons un pic et que la contagion commencera à diminuer, au moins en pourcentage, dans quelques jours, espérons-le, nous ne pourrons pas revenir immédiatement à la vie d'avant", ajoute le chef du gouvernement.

"Le coronavirus poursuit sa progression en Italie. Hier [mercredi], 475 morts. C'est un record en 24 heures depuis le début de cette crise sanitaire", décrit Natalia Mendoza, la correspondante de France 24 dans le pays. 

Désormais, ce sont près de 3 000 personnes qui ont perdu la vie dans le pays en raison de cette maladie, un bilan très proche de celui de la Chine (plus de 3 200 morts) d'où est partie la pandémie.

"On a désormais dépassé la barre des 35 000 personnes infectées. Les autorités sanitaires expliquent que le nombre réel de personnes infectées est bien supérieur et pourrait même dépasser les 100 000 personnes car on sait qu'une partie des porteurs de ce virus ne développent pas de symptômes", précise Natalia Mendoza.

FR NW GRAB NATALIA MENDOZA EN ENTIER ITALIE 08H

"Nous devons faire preuve de bon sens"

Giuseppe Conte assure ne pas envisager pour l'instant de durcir l'arsenal de mesures restrictives mais se dit prêt "à agir" si les restrictions ne sont pas respectées."Nous devons faire preuve de bon sens et agir tous avec la plus grande conscience, les sanctions pénales pour les contrevenants sont là et seront strictement appliquées", poursuit-il.

"Je suis d'accord avec les maires qui ont également fermé les jardins publics et les parcs, une chose est de pratiquer une activité sportive, une autre est de transformer les lieux publics en points de rassemblement, ce qui est inacceptable", conclut-il.

Vittoria Colizza, Directrice de recherches, Institut Pierre-Louis d'épidémiologie

Plusieurs élus des régions du nord de l'Italie, où la contagion progresse encore fortement, estiment que si elle ne ralentit pas dans les prochains jours il faudra prévoir des mesures encore plus rigides comme l'interdiction de faire du jogging. Le gouverneur de Vénétie, Luca Zaia (Ligue, extrême droite), a estimé mardi que le traçage des déplacements des individus à travers leur téléphone mobile "est une excellente solution" pour faire respecter le confinement même s'il admet que cela pose un problème de respect de la vie privée.

Depuis une semaine, 60 millions d'Italiens sont confinés chez eux et ne peuvent se déplacer que pour raisons professionnelles ou impérieuses et tout rassemblement est interdit. Les écoles sont fermées.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.