Accéder au contenu principal

Nouvelle attaque meurtrière contre des soldats maliens à Tarkint

Des soldats de l'armée malienne entrent dans la ville de Kidal jeudi 13 février 2020, pour la première fois depuis 2014.
Des soldats de l'armée malienne entrent dans la ville de Kidal jeudi 13 février 2020, pour la première fois depuis 2014. © Minusma

Une "trentaine" de soldats maliens ont été tués jeudi dans une "attaque terroriste" à Tarkint, dans le nord du Mali. Cette attaque est la plus meurtrière essuyée par l'armée malienne depuis quatre mois.

Publicité

"Une trentaine" de soldats maliens ont été tués et cinq blessés, jeudi 19 mars, dans une attaque attribuée aux jihadistes dans le nord du Mali, a indiqué l'armée malienne.

Les assaillants ont donné l'assaut tôt dans la journée à un poste militaire à Tarkint, au nord de Gao, principale ville du nord du Mali, a indiqué à l'AFP un responsable militaire sous couvert de l'anonymat.

"Le bilan de l'attaque de #Tarkint ( #Gao) a lourdement évolué dans la journée: une trentaine de morts et 5 blessés", ont indiqué sur Twitter les Forces armées maliennes. Dans l'après-midi, l'armée avait annoncé que sa position de Tarkint avait fait l'objet d'une "attaque terroriste", terme utilisé par les autorités maliennes pour désigner les attaques des groupes jihadistes.

Des dizaines de morts

Cette attaque est la plus meurtrière essuyée par l'armée malienne depuis quatre mois. Dans un contexte de grave détérioration sécuritaire à travers le Sahel, les opérations imputées aux jihadistes ont fait des dizaines de morts dans les rangs des forces de sécurité maliennes.

Le Mali a été confronté depuis 2012 à des insurrections indépendantistes puis jihadistes, ainsi qu'à des violences intercommunautaires qui ont fait des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés. Parties du nord du Mali, tombé sous le contrôle de groupes jihadistes en 2012, jusqu'au lancement en janvier 2013 d'une opération militaire à l'initiative de la France, les violences se sont ensuite propagées au centre du pays et aux Burkina Faso et Niger voisins.

Devant la détérioration sécuritaire, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a annoncé, en février, avoir rompu avec la ligne directrice officiellement suivie jusqu'alors et tenter de dialoguer avec certains jihadistes.

Avec AFP

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.