Coronavirus : la France veut un week-end de confinement strict

Les Champs-Élysées à Paris.
Les Champs-Élysées à Paris. © Gonzalo Fuentes, Reuters

Le ministre de l'Intérieur a prévenu vendredi que les consignes de confinement seraient appliquées "de façon plus stricte encore" ce week-end pour permettre d'endiguer la pandémie de Covid-19, alors que l'armée doit soulager le Grand Est avec un nouveau transfert aérien de patients.

Publicité

Les autorités françaises sont déterminées, samedi 21 mars, à faire respecter le confinement imposé pour freiner une épidémie de coronavirus qui a déjà tué 450 personnes dans le pays, le jugeant insuffisamment respecté.

Les restrictions décrétées pour endiguer la propagation du nouveau coronavirus seront appliquées "de façon plus stricte encore", a prévenu le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, avec des contrôles dans les gares (seulement 15 % des trains grandes lignes circuleront) et les aéroports.

Des amendes forfaitaires de 135 euros seront dressées en cas de "violation des interdictions de se déplacer hors de son domicile". Des personnes déjà verbalisées pour sorties non justifiées ont été placées en garde à vue pour "mise en danger de la vie d'autrui".

Le dispositif de l'opération Sentinelle de lutte contre le terrorisme va "monter en puissance" dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, a également déclaré Christophe Castaner.

"Ne partez pas en week-end"

"Ne partez pas en week-end", insistait vendredi le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon. Alors que l’épidémie pèse lourdement sur les services de santé, "vous risquez de transporter sans le savoir le virus des grandes villes vers les campagnes" ou d'arriver "dans une zone où il n'y a pas forcément d'infrastructures sanitaires capables de prendre en charge beaucoup de malades".

Les sept régions les plus touchées sont le Grand Est, la Corse, l'Ile-de-France, les Hauts-de-France, la Bourgogne-Franche-Comté, Auvergne-Rhône Alpes et désormais la Nouvelle-Aquitaine.

La prolongation du confinement, décrété jusqu'à fin mars, "n'a pas été actée", selon Christophe Castaner. Mais tout laisse penser qu'elle le sera tôt ou tard, comme en Italie, qui enregistre le plus de décès au monde. Le confinement pourra cesser "quand le virus ne circulera plus", a jugé Olivier Véran, le ministre de la Santé, estimant le nombre de malades en France à 20 000. La majorité d'entre eux ne sont pas testés, donc pas détectés.

Le bilan de l'épidémie s'alourdit

L'épidémie a causé à ce jour la mort de 450 patients (78 supplémentaires vendredi) et entraîné l'hospitalisation de 5 226 malades, dont près de 1 300 en réanimation, selon le ministère de la Santé. Près de 1 600 patients ont quitté les hôpitaux, guéris.

"La moitié des patients en réanimation ont moins de 60 ans", a rappelé Jérôme Salomon, qui a prévenu, en écho à l'Organisation mondiale de la santé, que l'épidémie touche aussi des "adultes jeunes". Le ministère a reçu le renfort du médecin réanimateur Antoine Tesniere, nommé samedi "conseiller en charge du Covid-19".

De leur côté, les hôpitaux de Paris (AP-HP) ont lancé un appel pressant aux "professionnels médicaux et paramédicaux disponibles dans les semaines à venir pour renforcer les équipes de ses 39 hôpitaux", "face à l'urgence et à l'ampleur de l'épidémie", notamment en Ile-de-France.

"On attend la vague de patients graves en espérant que ce ne sera pas un tsunami", écrit le Dr Laurent Thines, neurologue du CHU de Besançon dans Mediapart.

Outre la mise en place imminente d'un hôpital militaire près de Mulhouse (Haut-Rhin), où l'hôpital est totalement saturé par un afflux croissant de malades, la marine nationale va évacuer ce week-end des patients de Corse vers le continent.

Un avion militaire médicalisé a décollé d'Istres (Bouches-du-Rhône) samedi matin vers Mulhouse, où il embarquera des patients atteints du nouveau coronavirus à destination de l'Aquitaine.

Il s'agit du second A330 Phénix de l'armée de l'air utilisé en quelques jours pour évacuer vers d'autres régions des malades d'Alsace, région particulièrement touchée par l'épidémie.

Les débats s'éternisent à l'Assemblée

Le Pr Salomon a pour sa part évoqué "une recrudescence des cas d'anosmie", signalée par les ORL en lien avec le virus. Il s'agit d'une "disparition brutale de l'odorat sans obstruction nasale et qui peut survenir de façon isolée", qui nécessite d'appeler son médecin traitant pour éviter toute automédication.

Sur le sujet sensible des masques, alloués en priorité aux soignants mais que de nombreuses professions au contact du public réclament, le gouvernement a reconnu des "difficultés logistiques". Un collectif de personnalités, dont l'épidémiologiste Catherine Hill, appelle le gouvernement à "organiser la production de masques" et à "tester et isoler les personnes contaminées".

Le Parlement a adopté définitivement vendredi le volet financier des mesures d'urgence face au coronavirus, mais les débats se sont éternisés à l'Assemblée sur l'autre texte permettant d'instaurer un état d'urgence sanitaire, repoussant son adoption au week-end.

Combiné au projet de loi d'urgence voté en première lecture au Sénat et qui sera examiné samedi par l'Assemblée nationale, le texte prévoit 45 milliards d'euros pour aider les entreprises en difficulté et de financer le chômage partiel des salariés.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine