Accéder au contenu principal

Coronavirus: "restez chez vous", mot d'ordre qui se répand dans le monde

Publicité

Rome (AFP)

"Restez chez vous", "fermez tout": les mots d'ordre pour éviter à tout prix les rassemblements et contacts favorisant l'épidémie de coronavirus se répandent partout dans le monde, face à une contagion planétaire rapide et à un bilan effroyable en Italie.

De Wuhan (Chine) à la Bolivie, en passant par la France et par New York, c'est plus de 900 millions de personnes qui doivent rester à leur domicile. Parfois c'est une recommandation, parfois une obligation légale.

Pays le plus touché, l'Italie connaît un scénario que redoutent tous les autres, avec dans certaines régions une contagion qui paraît hors de contrôle et une saturation des capacités de soins.

Samedi, les autorités italiennes recensaient quelque 53.600 cas et 4.825 morts au total.

Ils ont été entendus, le Premier ministre Giuseppe Conte annonçant l'arrêt de "toute activité de production sur le territoire qui ne serait strictement nécessaire". Ne seront maintenus que les services publics et les secteurs économiques essentiels (santé, alimentation, transports et distribution, services postaux et financiers).

Ces mesures "sont sévères, je le sais. Mais nous n'avons pas d'alternative. On doit résister", a affirmé le chef de gouvernement.

A l'inverse, le président américain Donald Trump, sceptique quant aux mesures de confinement, veut stimuler l'activité économique. Il exhorte républicains et démocrates à s'accorder sur le contenu d'un plan de relance de 1.000 milliards de dollars.

"Nous préparons des mesures comme personne n'en a jamais vu", a-t-il déclaré à la Maison Blanche, à moins de huit mois de l'élection présidentielle.

- Le pire "à venir" -

De plus en plus d'Etats fédérés passent à des mesures contraignantes, qui vont freiner la première économie mondiale. Les deux plus peuplés, Californie et New York ont fermé tout commerce non essentiel et confiné leur population. L'Illinois, le New Jersey, le Connecticut, la Pennsylvanie et le Nevada ont instauré des restrictions sévères.

L'Allemagne compte aider ses entreprises et salariés touchés par le ralentissement économique, à hauteur de 822 milliards d'euros. Elle va recourir à l'emprunt pour la première fois depuis 2013, selon un projet de loi dont l'AFP a obtenu copie.

L'Espagne a lancé une offensive pour équiper son système de santé. "Le pire reste à venir", a affirmé le Premier ministre Pedro Sanchez, qui parle de "course contre la montre".

Partout, la consigne est claire: se tenir à distance les uns des autres.

"Restez chez vous!", titrait en majuscules le journal télévisé de HRT en Croatie.

Quoique durement atteint avec plus de 1.500 morts, l'Iran tarde en revanche à confiner sa population. Samedi, le président Hassan Rohani a appelé à la fermeture "des centres commerciaux où un nombre important des gens se regroupent".

Dans certains endroits, la "distanciation sociale" tient cependant de l'utopie. Dans la bande de Gaza, très densément peuplée, le coronavirus a fait son entrée, a annoncé le ministère de la Santé de l'enclave palestinienne, précisant toutefois que les deux malades détectés à la frontière avec l'Egypte avaient été immédiatement placés en quarantaine.

Si la population est consciente du danger, le système de soins risque d'être rapidement insuffisant, avec "une pénurie d'électricité, de médicaments de base et de main-d'oeuvre", selon le représentant de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans les Territoires palestiniens, Gerald Rockenschaub.

- Contraint au demi-tour -

Sur les bords du Golfe, les plages se vident peu à peu, comme aux Emirats par exemple, qui ont décrété "la fermeture des plages, des parcs, des piscines, des cinémas et des salles de sport".

Les campagnes se montrent réticentes pour accueillir de riches urbains potentiellement contaminés. En Angleterre, l'office de tourisme des Cornouailles, région faiblement peuplée hors saison estivale, a demandé aux visiteurs de "reporter leur voyage".

Les forces de l'ordre ont reçu pour mission de faire appliquer le confinement ou l'interdiction des rassemblements.

A Sydney (Australie), après une journée animée samedi sur la célèbre plage de Bondi Beach, l'accès en était interdit dimanche. "Ce n'est pas quelque chose que nous faisons parce que nous sommes la police qui casse l'ambiance", a affirmé le ministre de l'Intérieur de Nouvelle-Galles du Sud, David Elliott.

En Jordanie, 392 personnes ont été arrêtées au premier jour d'application de la mesure samedi, "pour violation du couvre-feu".

Mais à Bagdad, des dizaines de milliers de musulmans chiites ont défié le couvre-feu pour un pèlerinage, malgré les risques. Une affluence inhabituellement faible, avec uniquement des Irakiens.

Les frontières se ferment, et rentrer chez soi depuis l'étranger devient particulièrement compliqué. Un passager d'un vol entre Amsterdam et New-Delhi a ainsi raconté qu'alors qu'il espérait revenir en Inde, le capitaine a annoncé, au-dessus de la Russie, qu'il était contraint de faire demi-tour. Autorisé à décoller, il n'avait pas celle d'atterrir à la destination prévue.

burx-ng-sst/hh/roc

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.