Accéder au contenu principal

Coronavirus : 602 nouveaux décès en Italie, mais des lueurs d'espoir

Du personnel de santé s'occupe d'un patient italien à l'hôpital San Raffaele, à Milan, le 23 mars 2020.
Du personnel de santé s'occupe d'un patient italien à l'hôpital San Raffaele, à Milan, le 23 mars 2020. AFP - MIGUEL MEDINA

Les autorités sanitaires italiennes ont dénombré, lundi, 602 nouveaux décès dus au coronavirus en 24 heures, ce qui porte le bilan total à 6 078 morts dans la péninsule. La hausse journalière est toutefois la plus faible en valeur absolue depuis le début de la pandémie.

Publicité

En 24 heures, l'Italie compte 602 nouveaux décès dus au coronavirus. Cette hausse journalière de 11 % est cependant la plus faible en valeur absolue depuis le début de la pandémie, ce qui pourrait annoncer son ralentissement. Le bilan est au total de 6 078 morts dans la péninsule.

Le nombre de cas est quant à lui passé en 24 heures de 59 138 à 63 928, selon la Protection civile, ce qui fait une hausse de 8 %. Là aussi, il s'agit du chiffre le plus bas depuis l'apparition de la maladie en Italie, fin février.

Parmi les personnes atteintes, 7 432 étaient complètement rétablies lundi, contre 7 024 la veille, et 3 204 se trouvaient en soins intensifs, contre 3 009 dimanche.

La Lombardie, région la plus durement touchée, reste dans une situation critique avec 3 776 décès et 28 761 cas. Dimanche, on y dénombrait 3 456 morts et 27 206 cas.

"Ne pas baisser la garde"

Lors d'une conférence de presse, le président de l'Institut supérieur de la santé Silvio Brusaferro s'est lui aussi gardé de tout triomphalisme : "J'examine attentivement et d'un regard favorable les chiffres, mais je préfère ne pas m'avancer en confirmant ou non qu'il y a une tendance" à la baisse.

"Nous vivons des journées cruciales. Attention à ne pas baisser la garde", a averti le ministre italien de la Santé, Roberto Speranza.

L'Allemagne a annoncé, lundi soir, avoir accédé à la demande du gouvernement Italien de prendre en charge des malades. Six patients vont ainsi être transférés à une date non précisée vers des hôpitaux de Dresde et de Leipzig, en Saxe.

Autre motif d'espoir : le patient italien n°1, Mattia, 39 ans, qui avait contaminé sa femme enceinte, un ami ainsi que ses médecins a finalement quitté lundi l'hôpital. Il avait aussi infecté du personnel sanitaire de l'hôpital de Codogno, la ville proche de Milan qui était devenue le principal foyer de l'épidémie en Italie, ainsi que des patients et tout leur entourage.

Avec Reuters et AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.