Accéder au contenu principal

Coronavirus: des Japonais se font à l'idée "inévitable" de reporter les JO

Publicité

Tokyo (AFP)

Devant le Parlement japonais, le Premier ministre Shinzo Abe a en effet reconnu lundi qu'un report "pourrait devenir inévitable" alors que la pandémie continue de progresser dans le monde, touchant désormais 324.000 personnes recensées dans 171 pays et territoires.

Des déclarations qui viennent s'ajouter à celles du président du CIO Thomas Bach, qui a annoncé se donner quatre semaines pour se décider sur un éventuel report de la compétition, alors que les appels en ce sens se multiplient, le Canada annonçant même qu'il n'enverrait pas de délégation en cas de maintien.

"Je ne doute pas que gagner l'organisation des Jeux et les organiser a demandé énormément d'efforts mais je ne crois pas que nous devrions prendre de risque avec la santé des gens", estime Naonobu Terashima, retraité de 78 ans croisé lundi par l'AFP dans les rues de Tokyo.

"Il est préférable de penser avant tout à la sécurité de tous, donc un report me semble inévitable. Je ne crois pas que quelque chose mérite d'être poursuivi coûte que coûte si cela nous fait courir des risques", a-t-il insisté.

- Le reste du monde -

Un point de vue partagé par Noriko Shuzui, 75 ans, pour qui "quand bien même le Japon réussirait à prendre le dessus sur le virus, si le reste du monde n'y est pas parvenu, nous ne pourrons accueillir ni athlètes ni spectateurs".

"Ce serait triste que l'on aille vers un report", a pour sa part estimé Yudai Yamamoto, 22 ans, employé d'une société commerciale, "mais l'annulation n'est pas une option, je veux pouvoir assister aux Jeux à un moment ou un autre".

Si, jusqu'ici, tant les autorités japonaises que le CIO assuraient que les JO-2020 devaient se tenir en temps et en heure, la situation sanitaire mondiale semblait rendre les Japonais de plus en plus sceptiques, comme le montre un sondage du quotidien Yomiuri publié ce week-end, dans lequel 69% des personnes ayant répondu disent considérer qu'il vaut mieux reporter l'évènement.

Seuls 17% jugent qu'il faut maintenir les Jeux tels qu'ils ont été programmés et 8% se disent convaincus qu'il faut les annuler.

Le report d'un événement aussi gigantesque est toutefois une "opération très complexe", a prévenu samedi le président du CIO, Thomas Bach, dans un entretien au média régional allemand SWR.

"Reporter les Jeux olympiques n'est pas comme décaler un match de football au samedi suivant", a encore souligné M. Bach.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.