Coronavirus : des syndicats italiens de la métallurgie appellent à la grève

Une affiche montrant une femme portant un masque de protection aux couleurs du drapeau italien, le 22 mars 2020 à Naples.
Une affiche montrant une femme portant un masque de protection aux couleurs du drapeau italien, le 22 mars 2020 à Naples. AFP - CARLO HERMANN

Des syndicats italiens de la métallurgie et de la chimie ont appelé à la grève, lundi, en Lombardie. Ils veulent préserver leur santé et protester contre un décret gouvernemental jugé trop flou. 

Publicité

Après l’annonce d’un décret gouvernemental jugé trop flou, plusieurs syndicats italiens de la métallurgie et du secteur de la chimie ont appelé, lundi 23 mars, à la grève en Lombardie, pour préserver la santé de leurs membres, alors que le pays tente d'enrayer la propagation du coronavirus.

Ce décret, annoncé samedi par le président du Conseil italien Giuseppe Conte, ordonne la fermeture de toutes les entreprises jusqu'au 3 avril, à l'exception de celles essentielles aux chaînes d'approvisionnement du pays,

FILCTEM, FEMCA et UILTEC, principaux syndicats de la chimie, ont appelé à une grève d'une journée, mercredi, visant les entreprises qu'ils ne jugent pas essentielles à l'effort national italien et où la sécurité des salariés n'est pas assurée. Ils préciseront dans les jours à venir les modalités de leur mouvement.

Dans le secteur de la métallurgie, FIOM, FIM et UILM ont estimé dans un communiqué commun que la liste des entreprises autorisées à poursuivre leur activité était trop longue et jugent contestable la présence de certains secteurs.

Poumon industriel de l'Italie, la Lombardie est aussi sa province la plus touchée par la pandémie de coronavirus, qui a tué 5 476 personnes, selon un bilan dressé dimanche.

Avec Reuters

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine