Accéder au contenu principal

Le gouvernement a "pris ses responsabilités" et ne craint pas de "rendre des comptes" (Ndiaye)

Publicité

Paris (AFP)

Le gouvernement "a pris ses responsabilités" et ne craint pas de "rendre des comptes" sur sa gestion de la crise du coronavirus devant une commission d'enquête parlementaire, a assuré lundi sa porte-parole Sibeth Ndiaye.

L'exécutif fait désormais face à un début de procès en imprévoyance de la part des oppositions politiques et d'une partie des milieux sanitaires.

Les députés LR vont créer à l'automne une commission d'enquête parlementaire afin de "tirer toutes les leçons de l’épidémie" de coronavirus, a indiqué leur président Damien Abad dans un entretien au Journal du Dimanche.

"Ca ne m'inquiète pas parce que je crois que nous avons, avec beaucoup de professionnalisme, de détermination et de gravité regarder cette crise en face (...) et nous avons pris nos responsabilités", a répondu Mme Ndiaye sur Cnews.

"C'est normal qu'on puisse rendre des comptes et c'est normal qu'une commission parlementaire interroge le processus de cette crise", a-t-elle ajouté.

"Nous serons évidemment prêts à y répondre, ça fait partie du jeu démocratique", a poursuivi la secrétaire d'Etat.

Concernant le procès en imprévoyance, elle ne peut "pas laisser dire ça car lorsqu'on regarde la chronologie des faits, depuis l'alerte qui a été lancée au mois de décembre par le gouvernement chinois, (...) nous avons été, je crois, plutôt en anticipation de ce qui s'est passé".

Interrogée sur la proposition du député LR Eric Ciotti d'envoyer l'armée dans les quartiers populaires pour faire respecter le confinement, elle a répondu: "Dans ce cas-là envoyons aussi l'armée dans le centre ville de Versailles, envoyons également l'armée dans Paris là où on voit qu'à certains endroits il y a eu un défaut de respect du confinement, je ne crois pas qu'il faille être dans la stigmatisation de tel ou tel quartier ou de telle ou telle population".

el/dch/it

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.