Accéder au contenu principal

La Bourse de Paris conforte son avance (+4,47%)

La Bourse de Paris a prolongé son rebond (+4,47%) de la veille mercredi, soutenue par les dernières annonces de soutien monétaires et budgétaires face à l'impact de l'épidémie de coronavirus
La Bourse de Paris a prolongé son rebond (+4,47%) de la veille mercredi, soutenue par les dernières annonces de soutien monétaires et budgétaires face à l'impact de l'épidémie de coronavirus ERIC PIERMONT AFP/Archives
Publicité

Paris (AFP)

La Bourse de Paris a prolongé son rebond (+4,47%) de la veille mercredi, soutenue par les dernières annonces de soutien monétaires et budgétaires face à l'impact de l'épidémie de coronavirus, notamment aux États-Unis et en Allemagne, ainsi que par des facteurs techniques.

L'indice CAC 40 a gagné 189,60 points à 4.432,30 points, dans un volume d'échanges très étoffé de 5,3 milliards d'euros. La veille, il s'était envolé de 8,39%.

"Nous sommes passés d'un stade de marché où nous étions guidés par la peur, avec des ventes massives, à une phase de rééquilibrage, de stabilisation mais fragile", a souligné auprès de l'AFP Andrea Tuéni, analyste chez Saxo Banque.

"Il y a un soulagement par rapport à la prise de conscience et à la réponse globale à la crise que l'on est en train de traverser avec des mesures assez fortes prises aux Etats-Unis et très importantes aussi du côté européen", a-t-il ajouté.

La place parisienne s'était envolée mardi, stimulée par la nouvelle salve de mesures annoncées par la banque centrale américaine et par l'anticipation d'un accord imminent au Sénat américain sur un vaste plan pour soutenir la première économie mondiale, durement frappée par la pandémie liée au coronavirus.

Après plusieurs jours de tractations intenses, la majorité républicaine et l'opposition démocrate se sont accordées sur un texte majeur qui va mobiliser autour de 2.000 milliards de dollars à destination des salariés, des entreprises, des hôpitaux et des collectivités.

De leur côté, les députés allemands ont voté mercredi des mesures globales d'un montant proche de 1.100 milliards d'euros.

"Nous arrivons aussi en fin de mois avec un rééquilibrage qui doit s'opérer dans les portefeuilles, ce qui explique également le mouvement haussier", a relevé M. Tuéni.

Reste que "tant qu'on n'a pas d'indications positives par rapport à l'évolution de la pandémie, des chiffres un peu plus contenus sur les nouveau décès ou les nouvelles contaminations, il va être très compliqué d'avoir un rebond sain et durable sur le marché", selon lui.

La pandémie a fait au moins 19.246 morts dans le monde depuis son apparition en décembre, selon un bilan établi par l'AFP, avec plus de 427.000 cas positifs recensés.

Sur le terrain des indicateurs, l'inflation a légèrement ralenti au Royaume-Uni, à 1,7% sur un an au mois de février.

L'indice IFO du moral des entrepreneurs allemands a quant à lui enregistré en mars sa plus lourde chute depuis 1991, selon une donnée publiée mercredi.

Aux États-Unis, les commandes de biens durables ont augmenté de 1,2% en février, déjouant les attentes des analystes qui tablaient sur un recul.

- SMCP bondit -

Côté valeurs, Euronext est monté de 16,33% à 78,00 euros. Le gouvernement espagnol a donné mardi son feu vert au rachat de la Bourse de Madrid - pour lequel Euronext était aussi en discussions - par l'opérateur suisse Six Group, qui avait lancé en novembre une offre de 2,84 milliards d'euros.

Les valeurs bancaires, aidées par les annonces des banques centrales, ont également fini bien orientées, à l'instar de Natixis (+16,92% à 3,13 euros), Société Générale (+11,44% à 17,30 euros), BNP Paribas (+7,99% à 30,00 euros) et Crédit Agricole (+5,47% à 7,44 euros).

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.