Accéder au contenu principal

En pleine pandémie, la Banque d'Angleterre se réunit à nouveau

Le nouveau gouverneur de la Banque d'Angleterre (BoE), Andrew Bailey, le 16 mars 2020 à Londres
Le nouveau gouverneur de la Banque d'Angleterre (BoE), Andrew Bailey, le 16 mars 2020 à Londres Tolga AKMEN POOL/AFP/Archives
Publicité

Londres (AFP)

La Banque d'Angleterre doit dévoiler jeudi ses dernières décisions de politique monétaire après avoir déjà sorti l'artillerie lourde la semaine dernière pour tenter d'endiguer le choc financier consécutif à la pandémie de coronavirus.

"Peut-être qu'ils expliqueront plus précisément comment ils vont procéder", a commenté auprès de l'AFP Howard Archer, analyste pour EY Item Club, à propos du compte-rendu de la réunion, qui sera publié à 12H00 GMT.

Il ne s'attend pas à de nouvelles mesures mais à ce que la banque insiste à nouveau sur le fait qu'elle est prête à en faire plus si nécessaire.

Jeudi dernier, la Banque d'Angleterre (BoE) a pris les marchés par surprise en annonçant une réduction de son taux d'intérêt directeur de 0,15 point de pourcentage, pour le fixer à 0,1%, un plus bas historique, afin de contrer l'impact économique attendu de la pandémie. Au début du mois, il était encore à 0,75%.

Jugeant la situation "clairement sans précédent", le nouveau gouverneur de la BoE, Andrew Bailey, qui a pris ses fonctions il y a dix jours, avait alors jugé que l'institution ne pouvait se permettre d'attendre la publication de données économiques sur l'impact de l'épidémie.

"Il sera trop tard", avait-il expliqué à des journalistes au cours d'une conférence téléphonique.

"Les choses évoluent trop vite" pour attendre la réunion prévue la semaine prochaine, avait-il ajouté.

Si les conséquences économiques de la pandémie restent à mesurer, l'activité s'est d'ores et déjà effondrée en mars au Royaume-Uni, selon une première estimation de l'indice PMI publiée mercredi. Celui-ci est tombé à son plus bas niveau depuis la publication des premières données en janvier 1998.

L'institution avait également décidé la semaine dernière d'augmenter son programme de rachat d'actifs de 200 milliards de livres (environ 216 milliards d'euros) pour le porter à 645 milliards, avait-elle annoncé dans un communiqué.

La propagation de l'épidémie de Covid-19 s'est considérablement accélérée ces derniers jours au Royaume-Uni, où plus de 8.000 personnes ont été officiellement contaminées et plus de 400 personnes sont mortes. Le prince Charles, héritier du trône, a notamment été testé positif.

Depuis que l'Europe est devenue l'épicentre de la pandémie de coronavirus, de nombreux pays, dont le Royaume-Uni depuis lundi soir, ont imposé un confinement de la population, paralysant l'activité économique et forçant les banques centrales à prendre des mesures exceptionnelles.

Mercredi, la BoE et le Trésor ont publié une lettre enjoignant aux banques de "maintenir et amplifier les prêts malgré l'incertitude économique". Pour éviter que la machine financière ne se grippe, la Banque d'Angleterre a également allégé les règles de solvabilité et lancé un programme pour permettre aux entreprises financières d'accéder plus facilement à des liquidités.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.