Accéder au contenu principal

L'Iran dit n'avoir "aucune connaissance" sur la mort d'un ex-agent américain du FBI

L'ancien agent du FBI Robert Levinson en 2007, avant sa disparition.
L'ancien agent du FBI Robert Levinson en 2007, avant sa disparition. © AFP, HelpBobLevinson.com

La famille de l'agent du FBI à la retraite Robert Levinson, disparu depuis 2007, a affirmé jeudi qu'il serait "mort alors qu'il était détenu" par les autorités iraniennes. Une annonce qui pourrait envenimer les relations entre Washington et Téhéran.

Publicité

L'Iran a affirmé, jeudi 26 mars, n'avoir "aucune connaissance" de l'endroit où se trouvait Robert Levinson, un ancien agent du FBI disparu en 2007 dans de mystérieuses circonstances. La veille, sa famille avait annoncé qu'il était "mort alors qu'il était détenu" par les autorités iraniennes.

De son côté, le président des États-Unis, Donald Trump, n'a pas formellement confirmé son décès, mais a laissé entendre qu'il était probable. "Ils ne nous ont pas dit qu'il était mort, mais beaucoup de gens pensent que c'est le cas", a-t-il affirmé, se disant "désolé". Il a reconnu que les informations n'étaient "pas encourageantes". "Il était malade depuis des années", a-t-il aussi souligné, parlant de lui au passé et reconnaissant avoir échoué à le ramener aux États-Unis.

"Pas détenu par l'Iran"

"L'Iran a toujours soutenu que ses fonctionnaires n'ont aucune connaissance de l'endroit où se trouve M. Levinson, et qu'il n'est pas détenu par l'Iran", a déclaré Alireza Miryousefi, chargé de la presse auprès de la mission de l'Iran à l'ONU. "Ces faits n'ont pas changé", selon lui.

Sans être en mesure de donner les causes ni la date du décès de celui qui a souvent été présenté comme l'otage le plus ancien de l'histoire américaine, la famille a seulement estimé qu'il était survenu avant l'épidémie de Covid-19 qui a frappé durement l'Iran.

Sujet de tension

Le décès de Robert Levinson, s'il est confirmé officiellement, risque d'envenimer plus encore les relations déjà extrêmement tendues entre les États-Unis et la République islamique.

La semaine dernière, le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, avait réclamé de Téhéran qu'il "libère immédiatement" tous les ressortissants américains face à la menace du coronavirus dans ses prisons.

Auparavant, début 2016, l'administration précédente de Barack Obama avait affirmé qu'elle pensait que Robert Levinson n'était plus en Iran. Le Washington Post a rapporté en 2013 que Levinson, qui avait pris sa retraite du FBI, travaillait pour la CIA et avait fait une mission visant à recueillir des renseignements sur l'Iran.

Les responsables iraniens ont déclaré à plusieurs reprises qu'ils n'avaient aucune information à son sujet.

Le ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré en 2018 que Levinson s'était rendu en Iran à un certain moment, puis qu'il était parti ; et qu'il n'avait aucune information sur tout ce qui aurait pu se produire après son départ.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.