Accéder au contenu principal

Les trottinettes Bird licencient près d'un tiers des employés

Publicité

San Francisco (AFP)

L'entreprise américaine Bird, pionnière des trottinettes électriques en libre-service, licencie 30% de ses employés à cause de la crise économique liée à la pandémie de Covid-19.

La société avait déjà mis au garage ses engins en Europe la semaine dernière et réduit drastiquement ses dépenses. Mais les mesures préventives n'ont pas suffi.

Après avoir levé des centaines de millions de dollars auprès des investisseurs, Bird ne pouvait pas se dispenser de licencier des personnes pour rester solvable jusqu'à la fin 2021, a expliqué Travis VanderZanden, le fondateur et patron de la start-up californienne.

"Jusqu'à aujourd'hui, il n'y avait pas de problème que nous puissions résoudre ensemble. C'est ce qui rend cette situation aussi douloureuse. Devoir dire au revoir à certains des membres de notre famille Bird, des personnes incroyables, intelligentes, combatives, drôles, adorables et dévouées, pour des raisons totalement hors de notre contrôle, nous fait vraiment mal", a-t-il écrit dans une lettre à ses salariés, dont l'AFP a obtenu une copie.

Bird employait moins de 1000 personnes il y a un an, d'après le site américain spécialisé TechCrunch.

De nombreuses entreprises ont dû remiser leurs vélos, trottinettes et scooters en libre-service qui peuvent être vecteurs du virus. Sans compter la question du fastidieux entretien des machines, dans un contexte de chute de leur utilisation.

L'opérateur Lime a annoncé la semaine dernière qu'il retirait ses trottinettes électroniques de la circulation dans une douzaine de pays, y compris les Etats-Unis.

Le nombre de nouveaux chômeurs a explosé dans la première économie du monde, avec plus de trois millions de nouvelles demandes d'allocations chômage la semaine passée.

L'activité a été stoppée net par les mesures de confinement et de distanciation sociale prises pour enrayer la progression du coronavirus.

Travis VanderZanden a cependant voulu apporter une touche d'optimisme.

"Quand il y a eu une épidémie de SARS en Chine, les ventes de vélos électriques ont bondi, car les gens cherchaient des alternatives aux transports en commun", a-t-il rappelé.

"Quand les communautés se remettront en route, après la pandémie, la micro-mobilité, surtout les trottinettes, auront un rôle important à jouer. (...) Et Bird sera là", a-t-il promis.

juj/dax

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.