Accéder au contenu principal

Coronavirus: après l'Italie, des médecins cubains envoyés en Andorre

Publicité

La Havane (AFP)

Cuba a envoyé samedi 39 médecins et infirmiers vers la principauté d'Andorre, deuxième pays européen auquel l'île apporte son renfort dans la lutte contre le coronavirus.

"Ils vont remplir une mission à un endroit où il y en a besoin, c'est une décision personnelle et volontaire", a assuré à l'AFP le docteur Jorge Delgado, directeur des services de collaboration médicale cubaine.

L'île agit sur demande de la principauté de 70.000 habitants, située entre deux des pays européens les plus touchés par la pandémie - la France et l'Espagne - et qui a enregistré 267 cas dont trois décès.

"Nous avons une grande nouvelle: des médecins et infirmiers spécialisés en ventilation assistée de Cuba viennent nous aider", a annoncé samedi le ministre de la Santé d'Andorre, Joan Martinez.

"C'est la première fois que notre brigade (groupe de professionnels de santé cubains envoyés à l'étranger, ndlr) va dans un pays riche, avec une technologie de pointe, donc nous nous adapterons à leurs conditions", a confié à l'AFP la médecin Vilma Vargas.

En comptant ce nouveau groupe, Cuba a envoyé ces dix derniers jours 508 médecins et infirmiers dans d'autres pays pour aider à lutter contre le coronavirus: en Italie et dans 11 pays d'Amérique latine et des Caraïbes, dont le Venezuela, le Nicaragua et Haïti.

L'île a quant à elle enregistré 119 cas, dont trois décès.

"Cuba a tendu la main de nombreuses fois, mais jamais autant en si peu de temps", a souligné sur Twitter le ministre cubain de la Santé, José Angel Portal.

Avec des revenus de 6,3 milliards de dollars en 2018, l'exportation de services médicaux, une tradition de longue date dans ce pays socialiste, est l'un des moteurs de l'économie cubaine, suivie du tourisme.

Mais ce programme d'envoi de médecins à l'étranger - 29.000 répartis dans 59 pays - a été dénoncé l'an dernier par plusieurs pays, Etats-Unis et Brésil en tête, pour les conditions de travail de ces professionnels, dont une grande partie du salaire revient à l'Etat cubain.

En conséquence, l'île a perdu ses contrats avec le Brésil, la Bolivie, l'Equateur et le Salvador.

"Les médecins cubains doivent être payés de façon directe et juste", a répété samedi l'ambassade américaine à La Havane.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.