La Syrie annonce un premier décès lié au coronavirus

Des agents désinfectent le camp de déplacés de Bab Al-Nour en Syrie à Azaz pour éviter les contagions au Covid-19, le 26 mars 2020.
Des agents désinfectent le camp de déplacés de Bab Al-Nour en Syrie à Azaz pour éviter les contagions au Covid-19, le 26 mars 2020. © Reuters

Le ministère syrien de la Santé a annoncé dimanche son premier décès lié à l'épidémie de Covid-19, où neuf cas confirmés ont été recensés à ce jour. Des médecins syriens affirment qu'il y en aurait beaucoup plus.

Publicité

Jusque-là épargnée par le coronavirus d'après les chiffres officiels, la Syrie annoncé dimanche 30 mars son premier décès lié au Covid-19. Neuf autres cas ont été officiellement recensés par les autorités, qui ont adopté une série de mesures pour empêcher la propagation du virus.

"Décès d'une femme à son arrivée à l'hôpital dans un état d'urgence. Après analyse il s'est avéré qu'elle était atteinte du coronavirus", a indiqué le ministère de la Santé de Damas, dans un communiqué laconique partagé par les médias d'État. Le ministère ne donne pas de détails ni sur le lieu du décès de la patiente, ni sur son âge.

Les médecins syriens, affirment eux, qu'il y aurait beaucoup plus de cas de personnes contaminées dans le pays. Les autorités nient toute dissimulation.

Couvre-feu, fermeture des écoles...

La Syrie a adopté une batterie de mesures pour lutter contre la propagation de la maladie Covid-19, instaurant notamment un couvre-feu quotidien en soirée, interdisant les déplacements entre les différentes provinces, fermant les écoles et les universités jusqu'à la mi-avril.

Mais dans un pays dévasté par neuf ans de guerre où les infrastructures médicales ont été ravagées par le conflit, les craintes d'une propagation restent élevées. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti que le pays avait une capacité limitée pour faire face à une propagation rapide du virus.

Conditions sanitaires explosives dans les camps de déplacés

La pandémie menace en particulier les 6,5 millions de déplacés dans le pays, ont récemment rappelé les enquêteurs de l'ONU pour la Syrie. 

Ils évoquent notamment les plus d'un million de civils entassés dans des camps souvent près de la frontière turque, dans la province d'Idleb, ultime grand bastion jihadiste et rebelle du nord-ouest qui bénéficie actuellement d'une trêve dans les combats.

L'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Geir Pedersen, a appelé à un cessez-le-feu dans toute la Syrie, pour aider à mettre sur pied une meilleure réponse face à la menace du nouveau coronavirus.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine