Accéder au contenu principal

Trump et Poutine veulent coopérer sur le coronavirus et le pétrole

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue américain Donald Trump, lors du sommet du G20 à Hambourg, en Allemagne, en juillet 2017.
Le président russe Vladimir Poutine et son homologue américain Donald Trump, lors du sommet du G20 à Hambourg, en Allemagne, en juillet 2017. © Saul Loeb, AFP (archives)

Les présidents russe et américain, Vladimir Poutine et Donald Trump, ont évoqué lundi par téléphone la possibilité d'une coopération dans la lutte contre le coronavirus et de consultations sur le pétrole, a annoncé le Kremlin.

Publicité

Il devait être question du pétrole, mais la discussion a également porté sur la lutte contre le coronavirus. Les deux chefs d'État Vladimir Poutine et Donald Trump se sont entretenus par téléphone lundi 30 mars, se disant "gravement préoccupés par l'ampleur de la propagation du coronavirus dans le monde", a indiqué le Kremlin dans un communiqué. 

Les présidents russe et américain se sont mutuellement informés des mesures prises dans leurs pays respectifs. "La possibilité d'une coopération plus étroite entre les deux pays à ce sujet a été discutée", est-il précisé.

La Russie a décrété lundi le confinement de la capitale, Moscou, et de plusieurs autres régions pour lutter contre la propagation du coronavirus. De leur côté, les États-Unis sont désormais le pays comptabilisant le plus de cas confirmés – plus de 143 000 lundi matin – et plus de 2 500 morts.

Consultations prévues sur les prix du pétrole

Vladimir Poutine et Donald Trump ont aussi discuté des prix du pétrole, laminés par la guerre des prix lancée par l'Arabie saoudite. Ils ont convenu de "consultations russo-américaines sur le sujet entre ministres de l'Énergie", a indiqué le Kremlin.

Cet accord constitue un nouveau rebondissement dans la diplomatie pétrolière mondiale après la rupture ce mois-ci du pacte entre l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), emmenée par l'Arabie saoudite, et la Russie sur un plafonnement de la production.

Ce divorce a déclenché une guerre des prix entre l'Arabie et la Russie que Donald Trump, avant son entretien avec Vladimir Poutine, a qualifié de "folle".

Le marché pétrolier est simultanément confronté à un choc de demande avec la pandémie de coronavirus, qui a mis un coup d'arrêt brutal à l'activité mondiale et menace des secteurs gourmands en pétrole comme le transport aérien et l'automobile.

Prix du baril de Brent à son plus bas depuis 2002

Le prix du baril de Brent est tombé lundi à son plus bas niveau depuis 2002 et celui du brut léger américain est brièvement passé sous les 20 dollars, des niveaux qui menacent les producteurs non seulement aux États-Unis, mais dans de nombreux endroits du monde.

Les États-Unis sont devenus ces dernières années le premier producteur mondial de pétrole avec l'essor de l'exploitation des sols en schiste, mais les cours actuels sont inférieurs aux seuils de rentabilité de nombreuses compagnies américaines.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.