Wall Street débute la semaine dans le vert

Publicité

New York (AFP)

La Bourse de New-York tentait de consolider les gains de la semaine dernière à l'ouverture lundi alors que Donald Trump a prolongé les mesures destinées à contenir l'épidémie de coronavirus, même si la chute de l'action Boeing pesait sur le Dow Jones.

L'indice vedette de Wall Street gagnait 0,24% vers 13H45 GMT, à 21.688,40 points, après avoir temporairement plongé dans le rouge. Le constructeur aéronautique Boeing, qui représente une part importante du Dow Jones, plongeait de 9,7% alors qu'ont débuté les discussions sur les détails et conditions auxquels le gouvernement va accorder son aide financière.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, prenait 1,23%, à 7.594,50 points, et l'indice élargi S&P 500 gagnait 0,92%, à 2.564,82 points.

Wall Street avait fini en net recul vendredi dans un marché toujours fragilisé par la crise sanitaire et ses conséquences sur l'économie, mais avait vivement rebondi sur l'ensemble de la semaine: le Dow Jones Industrial Average avait enregistré une hausse hebdomadaire de 17,6% et le Nasdaq de 9,1%.

"Les nouvelles concernant le Covid-19 en tant que telles ne se sont pas vraiment améliorées (pendant le week-end), mais les nouvelles concernant les efforts pour le garder sous contrôle l'ont été et cela semble ragaillardir l'état d'esprit des investisseurs", remarque Patrick O'Hare, de Briefing.

La pandémie de nouveau coronavirus a fait au moins 34.610 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon le dernier bilan établi par l'AFP lundi à 11h00 GMT. Et plus de 727.080 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 183 pays et territoires depuis le début de l'épidémie.

Les États-Unis sont désormais le pays le plus touché, avec 143.055 contaminations officiellement recensées, dont 2.514 décès.

Le président américain a reculé dimanche sur un possible allègement des restrictions visant à ralentir la propagation du coronavirus, reconnaissant que les Etats-Unis n'avaient pas encore connu le pic de la pandémie.

Pour le marché, "l'idée est que la prolongation de ces mesures va aider à contenir l'expansion du coronavirus, ce qui est ce que tout le monde souhaite car une baisse du nombre de cas représenterait un important signal pour une éventuelle détente des mesures paralysant actuellement l'économie", souligne M. O'Hare.

Les acteurs du marché étaient aussi réconfortés lundi par les annonces prometteuses de plusieurs grands groupes pharmaceutiques, comme Abbott qui travaille sur un test de dépistage du coronavirus en cinq minutes ou Johnson & Johnson qui prévoit de lancer un essai clinique pour un vaccin en septembre.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine reculait encore, à 0,62% contre 0,73% vendredi à la clôture.