L'Europe a livré du matériel médical à I'Iran pour lutter contre le coronavirus

L'Europe a livré du matériel médical à l'Iran dans le cadre du mécanisme de troc Instex, a annoncé mardi le ministère allemand des Affaires étrangères.
L'Europe a livré du matériel médical à l'Iran dans le cadre du mécanisme de troc Instex, a annoncé mardi le ministère allemand des Affaires étrangères. © AFP

Le ministère allemand des Affaires étrangères a annoncé mardi que Paris, Berlin et Londres avaient transféré du matériel médical à l'Iran, durement touché par le Covid-19. Ils ont utilisé le mécanisme de troc Instex pour détourner les sanctions américaines.

Publicité

Le coronavirus plus fort que les sanctions américaines. Face à l'épidémie qui touche actuellement l'Iran, l'Europe a décidé de les contourner afin de fournir du matériel médical à Téhéran, en s'appuyant sur le mécanisme de troc Instex. Une première.

"La France, l'Allemagne et le Royaume Uni confirment qu'Instex a mené avec succès sa première transaction et permis ainsi l'exportation de matériel médical d'Europe vers l'Iran", a indiqué le ministère allemand des Affaires étrangères dans un communiqué.

"Instex va travailler sur d'autres transactions" avec l'Iran et "continuer de développer ce mécanisme", a précisé le ministère allemand sans autres détails.  

Instex, une chambre de compensation

A Téhéran, le porte-parole des Affaires étrangères iraniennes avait indiqué le 14 mars avoir reçu des équipements médicaux ou une aide financière de pays comme l'Allemagne, l'Azerbaïdjan, la Chine, les Émirats arabes unis, la France, la Grande-Bretagne, le Japon, le Qatar, la Russie et la Turquie.

Le gouvernement et la population d'Iran "n'oublient jamais leurs amis en temps d'épreuves", avait-il déclaré, alors que l'Iran compte désormais plus de 40 000 personnes et a fait 2 757 morts.

Instex a été créé en janvier 2019 par les Européens pour contourner les sanctions américaines imposées à l'Iran en évitant d'utiliser le dollar. Instex doit fonctionner comme une chambre de compensation permettant à l'Iran de continuer à vendre du pétrole et d'importer en contrepartie d'autres produits. Il n'avait jusqu'à présent permis aucune transaction.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine