Accéder au contenu principal

Coronavirus : plus de 4 000 morts en France, Édouard Philippe évoque un "déconfinement" graduel

Le Premier ministre français Édouard Philippe, lors d'une conférence de presse le 28 mars 2020.
Le Premier ministre français Édouard Philippe, lors d'une conférence de presse le 28 mars 2020. © Goeffroy van der Hasselt, pool, AFP

Le Premier ministre français a évoqué mercredi une sortie progressive du confinement contre le Covid-19, déclarant devant une mission d'information parlementaire que le "déconfinement" ne se ferait pas "en une fois, partout et pour tout le monde". La France a enregistré mercredi plus de 500 nouveaux décès en 24 heures, portant le bilan de l'épidémie à 4 032.

Publicité

Une levée du confinement région par région, décidée en fonction des foyers épidémiques de Covid-19 ou des classes d'âge. C'est l'option sur laquelle semble tabler le gouvernement après les déclarations du Premier ministre Édouard Philippe, mercredi 1er avril, estimant "probable" que la sortie du confinement ne se fasse pas "en une fois, partout et pour tout le monde".

Le confinement est actuellement considéré par les scientifiques comme la méthode la plus à même de limiter la propagation rapide du Covid-19, tandis que l'épidémie continue à faire de nombreux morts en France. Le dernier bilan communiqué au soir du 1er avril fait état de 509 décès en 24 heures en milieu hospitalier, portant le nombre de victimes totales en France à 4 032. Les chiffres de décès à domicile ou en Ehpad ne sont toujours pas précisés.

Devant une mission d'information à l'Assemblée nationale, le Premier ministre a déclaré en fin d'après-midi espérer pouvoir présenter un début de stratégie "dans les jours, les semaines qui viennent".

"Nous avons demandé à plusieurs équipes de travailler sur cette question en étudiant l'opportunité, la faisabilité d'un 'déconfinement' qui serait régionalisé, qui serait sujet à une politique de test, en fonction, qui sait, de classes d'âge", a indiqué Édouard Philippe. 

Le confinement doit durer officiellement jusqu'au 15 avril.

En attente des tests par prélèvement sanguin

Interrogé par le président de l'Assemblée Richard Ferrand sur les critères qui conduiront au choix du déconfinement, Edouard Philippe a qualifié la question de "redoutablement complexe", rappelant qu'il n'y avait "pas de précédent" ni de "méthode éprouvée".

"Il y a des éléments dont nous ne disposons pas entièrement aujourd'hui", a-t-il observé, évoquant l'absence pour l'heure de "traitements éprouvés" mais aussi les inconnues autour de "notre capacité à tester". "Encore faut-il savoir de quels tests on parle et de notre capacité à produire ces tests et dans de bonnes conditions", a-t-il poursuivi, alors que le gouvernement est dans l'attente de l'arrivée de tests sérologiques, c'est à dire par prélèvement sanguin.

Ces derniers tests, pratiqués massivement, devraient notamment permettre de mesurer "la proportion de nos concitoyens ayant été au contact avec le virus" et donc le degré d'"immunisation" de la population, a fait valoir le Premier ministre. "L'indicateur décisif" restera cependant "le nombre de cas sévères", l'exécutif tentant de faire en sorte que ce volume "ne dépasse pas le nombre de places d'accueil en service de réanimation".

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.