Accéder au contenu principal

Assassinat de Daniel Pearl : la condamnation à mort du principal accusé commuée en appel

Photo d'archive du journaliste du Wall Street Journal Daniel Pearl, qui avait été enlevé dans la ville pakistanaise de Karachi en janvier 2002.
Photo d'archive du journaliste du Wall Street Journal Daniel Pearl, qui avait été enlevé dans la ville pakistanaise de Karachi en janvier 2002. © AFP PHOTO WALL STREET JOURNAL / AFP

Le principal accusé dans l'enquête sur l'assassinat du journaliste américain Daniel Pearl en 2002 au Pakistan, Ahmed Saeed Sheikh, a vu sa condamnation à mort annulée en appel, a indiqué, jeudi, son avocat. La justice pakistanaise a estimé que l'accusation de meurtre n'était pas étayée.

Publicité

Le principal accusé dans l’affaire de l'enlèvement et de l'assassinat du journaliste américain Daniel Pearl en 2002 au Pakistan a vu sa condamnation à mort commuée en appel par la justice pakistanaise.

L’extrémiste Omar Sheikh, de son vrai nom Ahmed Saeed Sheikh, a vu sa peine commuée à 7 ans de prison, un délai couvert par ses 18 années passées en détention, a indiqué jeudi Me Khawja Naveed à l’agence Reuters.

Né en Grande-Bretagne, Ahmed Omar Saïd était considéré comme le cerveau de l'enlèvement et de l’assassinat de Daniel Pearl. 

"Les accusations de meurtre n'ont pas été prouvées, il a donc été condamné à sept ans pour l'enlèvement", a ajouté Me Khawja Naveed. Son client étant détenu depuis 18 ans, sa remise en liberté devrait être ordonnée dans la journée. "Il sera dehors dans quelques jours", a poursuivi l'avocat.

Le parquet n'était pas disponible pour commentaire. Son ordre d'élargissement n'a pas encore été prononcé, a poursuivi l'avocat. Trois autres condamnés à la perpétuité dans cette affaire ont été acquittés par la Haute Cour du Sindh, a-t-il ajouté.

Une erreur judiciaire, selon une enquête indépendante

Daniel Pearl, 38 ans, correspondant du quotidien américain The Wall Street Journal, avait disparu le 23 janvier 2002 à Karachi. Une vidéo montrant sa décapitation avait été remise un mois plus tard au consulat des États-Unis de cette métropole du sud du Pakistan.

Une enquête indépendante menée pendant trois ans dans le cadre du "Pearl Project" avait toutefois déterminé en 2011 que la justice pakistanaise s'était fourvoyée, les quatre hommes condamnés pour l'assassinat de Daniel Pearl n'étant même pas présents lors de son exécution.

Selon Asra Nomani, une ancienne collègue et une amie du journaliste du Wall Street Journal, qui avait dirigé cette enquête, c'est bien Khaled Cheikh Mohammed (KSM selon ses initiales en anglais), le cerveau autorevendiqué des attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis, qui l'avait exécuté.

"KSM", arrêté en 2003, est emprisonné dans la prison américaine de Guantanamo, située à Cuba. Un psychologue qui l'avait interrogé a affirmé que le détenu lui avait confessé avoir décapité Daniel Pearl.

Avec AFP et Reuters    

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.